Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Faille ? Ire !



Et je marche...

Je marche dans les pas de ma mémoire assise
où tu viens, ma promise, avec le ventre ceint
et me suis réveillé, des larmes plein les mains
mon âme et ma pensée encore à toi soumises

Je vibre, le corps nu, envahi de soupirs
pollué d'un désir au visage émacié
comme on tranche un poisson en de tendres filets
et l’œil désemparé par trop de souvenirs

J'ai à l'oreille un cri lâché dans le vertige
En surgissent tes yeux - leur lume dans les miens...
tombant comme un aveu sans s'accrocher à rien
oreille ni sourire ou croupe callipyge

Je borde cette faille où tu as disparue
mon amour incongru, ma paire chatouilleuse
et rien ne change au ciel, Orion ni Bételgeuse
il faut que je m'assoie... Peut-être ce talus ?

Je regarde le sol et j'y vois tant de failles
- foin de mon attirail ! Rien n'empêcha ta chute
et ce qu'elle entraîna de nos sublimes luttes
engagées à souffler, pour le feu, sur la paille !

Je sens gluer les corps près de San Andreas
et pourtant que leur glace à le goût de Manille
je ne puis révoquer que le parfum vanille
de tes deux jolis seins sous mes doigts, bien en place

Je longe le sillon de nos derniers égards
embué le regard et le pas hésitant
(ça roule, là-dessous; le terrain est glissant !)
et, comme bouche bée, je t'offre mon regard

Mercy, Mersey ! Laisse-moi coucher dans ton lit
plongeant, aigri, transi, depuis ma barcarolle
pour rejoindre ma folle
et plonger dans sa nuit

tiniak,nicola peldher,livepool,deuil,au clair de la lume,san andreas

tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#324

Commentaires

  • Il y a du Baudelaire en toi, Titi.
    C’est beau à déchirer ses doigts sur l’écorce d’un saule.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

  • Du beau, de l'aire... la Vie !!
    Merci à nouveau, belle ¸¸.•*¨*• ☆ âme des mots.

Écrire un commentaire

Optionnel