Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

piano, las ?

Pin it!

Mol éclat pâlissant de l'harmonie finale
précédant le salut d'enthousiastes bravi
du tragique destin de la note investi
est tombé le dernier accord professoral

Le silence ne tient qu'au repos de son geste
C'est, le poignet cassé au-dessus du piano
qu'en l'artiste peine est contenu le tempo
destiné à se rendre à l'heure et tout le reste

Voilà, c'est fait ! Ça claque ! Et tout est consommé...
Bien fini le miracle, en scène et dans la fosse
L'humilité ployée, l'échine blanc de Causse
elle offre le spectacle attendu des comblés

Mais de cet oratoire elle n'est pas la dupe
Le clavier blanc et noir lui est plus authentique
Même la partition liée à sa métrique
aurait quelque leçon à prendre de sa jupe

Car elle a tout donné aux sévères mesures
de sa chair insatiable et de son feu nourri
pour traduire l'élan méconnu de Satie
en intime défi jeté à l'Aventure

« Oh, Rideau, ferme-toi et allons nous coucher
mon dos cassé, mes doigts, ma parure d'un soir
qu'il me faut parader sur les vastes trottoirs
où je n'aurai pas l'heur d'un rire énamouré »

Tous les rideaux tirés sur ses piètres fenêtres
toute porte fermée sur son enfermement
la pianiste recluse en son appartement
s'offre le seul secret pour quoi vibre son être

« Je t'aime. Tu le sais, Maudite Confidence !
Tu me veux. Tu m'auras. Vois, mes doigts te parcourent
mon tyran sans pareil et sans égal amour
Instrument de la joie de ma Chère Évidence ! »

C'est l'hiver à nouveau plein de sombres accords
Nulle oreille, nul œil et pour aucun partage...
Enfin seule avec l'Art et son brut apanage
à jouter le défi quotidien sans effort

Elle attaque
une sincérité libertaire et foutraque : Dvořák !

 

pianiste du samedi

tiniak © 2013 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un défi du samedi

Les commentaires sont fermés.