Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tiniak international

  • nayghttime

    Janeczka Dabrowski...

    howza?j'ose à peine développer tant le sujet est vaste !
    en un mot, cette fille est folle... j'aime autant, oui.

    le genre touche-à-tout qui fait des mots, des sons, de la vidéo, du chant, des vertes et des plus mûres...
    un clin d'oeil s'imposait depuis qu'elle n'administre plus le site d'écriture ludique du "Défi du samedi" pour cause de sûr-ménage outre-manchatlantique.

    les paroles sont les siennes ; je les ai agrémentées d'un jus sonore - vu comment que tfasson, déjà, ça swinguait...
    allez, soyez curieux, -zeu !
    ('pi, je teste la fonctionnalité Ht&Ft sur ce coup-là) 


    podcast
    NAYGHTTIME dev ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions

    Janeczka Dabrowski
    Nighttime in the daytime

    It's nightime in the daytime
    It’s raining minor chords
    On a major city

    The corner café calls you out
    You can feel the time is right
    And the streets whisk you away

    Clouds closing in like grey walls
    But somehow, you feel at home
    A blanket of rain as you walk

    Contem...
    plating the world
    Wet and weary, but warm
    And contented at heart

    The smell of coffee mesmerizing your senses
    Clearing your spirit
    Making you more focused

    Feeding your thoughts, your soul
    You drown yourself in a cup
    Of hot, black gold

    Kicking out your confusions
    And keeping you in that
    Creative state of mind

    And you let the words flow
    Consistently, relentlessly writing
    Because it feels right

    Closing time, comforted, calm,
    Your head full of dreams
    You go back home in a reverie

    And you toss stars in the sky
    Hang out with the moon
    - It’s daytime in the nightime again

    ______________________________

    j'ai traduit ça comme ça...

    NUIT EN PLEIN JOUR

    Il fait nuit en plein jour
    Des accords mineurs pleuvent
    sur une cité majeure

    Le café du coin te réclame au-dehors
    Tu sens bien que c'est le moment
    et les rues t'embarquent aussi sec

    Des nuages s'approchent comme des murs gris
    N'empêche... tu es dans ton élément
    une couverture de pluie sur ton pas

    Ici, plutôt contem... platif
    mouillé, maladif, mais chaud
    et plein au coeur

    L'odeur du café happe tes sens
    clarifie ton esprit
    te rendant la vue

    Nourrissant tes pensées, ton âme
    Tu te noies dans une tasse
    de noir et chaud or

    Expulsant tes troubles
    pour te concentrer
    dans cette disposition créative

    Et tu laisses les mots couler
    écrivant constamment, sans relâche
    parce que ça fait du bien

    A la fermeture, réconforté, calme,
    la tête pleine de songes
    tu rentres chez toi en plein délire

    Et tu jettes des étoiles au ciel
    Et tu traînes avec la lune
    - il fait jour à nouveau en pleine nuit.

    d'après Nighttime in the daytime de J. Dabrowski.
  • Who Knew? - The Colors of Love

    seasons.jpg
    de retour d'Outre-Manche - j'ai fait vite, hein ? je vous rapporte ces quelques lignes et ce tableau trouvé sur "Who Knew?" pour un post intitulé 'Colors of Love'. en voici le texte original, auteure : Veronica ROMM.

    The fresh green of the grass.

    Your touch on my skin.

    Our limbs entwined on the park lawn

    as the breeze blows around us.

    Hearts are dancing again.

     

    The crisp blue of the water.

    Your touch on my skin.

    Waves crashing around us.

    It is love we’ve been granted and

    We have both given in.

     

    The leaves falling yellow, orange, and red.

    Wanting your touch on my skin.

    I am chilled, dry to the bone,

    Where have you been?

     

    The red roaring fire.

    Feeling your touch on my skin.

    Snow falling outside the window

    while you’re keeping me warm,

    Yet now only in this dream.

    Copyright ©2008 Veronica ROMM 

    _______________________________________

    et ma correspondance...

    verte, ma main dans ton pot
    verse
    de l'eau
    le printemps, bientôt

    l'or, ange
    coule des statues bien étranges
    que l'été en ronde range

    ce qui bouge
    dans la furie rouge
    de l'automne embrasé
    pardi, mes pieds

    le froid n'est pas blanc, mais bleu
    disent tes yeux
    à l'hiver malheureux

    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    (oui, oui, ça va!  laissez-moi quelques heures et je traduis ça en anglais)