Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

même pas peur

  • Mire, hors...!

    Je tombe - chut ! à la renverse...
    Verse, verse
    vers ce jus blanc, las, dans la coulpe
    (avec autant de bras qu'un poulpe)
    un sang plus noir
    que le Nombre logé au fond de ce tiroir

    L'autre jour, vins
    (allez ! mille lieux sous l'éther…)
    avec mon âme en bandoulière
    (pour dire comme j'en suis fier)
    me planter devant le miroir
    Je me songeais Tarzan
    je vis que j'étais Noir !
    basculais à l'inverse
    Verse, verse, verse, Cri
    de la falaise dans un puits

    Mais ce cri n'était pas le mien
    (ce cri strident et féminin !)
    Quand je crie, c'est à l'intérieur
    (je suis né au pays du beurre !)
    et quand je marche sur Falaise
    - à l'aise, à l'aise...
    ce n'est sûrement pas pour filer à l'anglaise
    Oh ! Pas pour choir
    (en suivant tous ces Blancs, braillant dans le couloir)
    mais, des nazis
    voir s'abîmer, dans les marais, l'horreur, l'ignominie

    Miroir... Miroir... Hé ! Qui l'eût cru ?
    Tu ouvres ton terroir aux ombres méconnues
    et le Nombre, Il… ?
    (nombril ? nombril !)
    …déploie sa loi depuis les secrets infantiles
    et va, sa foi particulière en bandoulière
    son destin sans tain sur la terre

    Mon cœur moqueur, reste de glace...
    Dès demain, sous ma main, cette buée, c'est farce !

    Et je mire, hors
    ces affres de reflet
    où je situe mon or
    Hé ! Hé !

     

     

    poésie,glace,miroir,et toutes ces sortes de choses,enfouies,libérées,nazis,allez vous faire foutre,black power,hashtag,de folaï,même pas peur

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#294

     

    voir à : Tarzan, Colonialisme, Droit de la Femme, Cinéphile et coton :p

  • Bleus rideaux

    Les rideaux épinglés - bleus sur la devanture
    garderont au secret un jour encore à naître
    et la pluie qui redouble en brouille les fenêtres
    Mon pas rentre bredouille et ma peine plus sûre

    Le soleil a béni de nombreux saltimbanques
    (dont je n'ai pas idée, mais dont j'envie les rires)
    Je relie ma partie à ce curieux sourire
    miséreux, mais heureux d'avoir "pété la banque !"

    Lire la suite

  • présentations à la vierge

    Voici, putain ! l'heure qu'on dit sereine
    où l'on a tout paré pour jouer sa semaine
    les arbres sont rangés le long du boulevard
    les volets refermés disent qu'il est trop tard
    aux amis impromptus qui sonneront en vain
    et le lit pue du cul où dorment les gamins
    qui ont fait leur devoir en ne nous disant rien

    Voici, salope ! le moment de te prendre
    puisqu'il n'est de plaisir, au vrai, que de t'entendre
    dire "ah oui", "ah non", "ah, ça encore" et chanter
    de ta petite mort les termes mesurés
    bourgeoise qui s'enivre de se croire folle
    en étant si lascive qu'une praire molle
    ne s'offusquant pas même que je ne décolle

    Voici, carnage ! l'instant des appétits
    où n'est plus que la rage, ivre, pure, étourdie
    d'être sans compromis inclination des sens
    chorégie, peinture même, essence,
    à cru montant la chair, hurlant comme un orage
    déverse sa furie sur les âmes sans âges
    et ne craint pas qu'on vienne en demander dommage

    ◊◊◊

    Voici, lumière, ta seconde rendue
    à son éternité d'éternités repues
    il y vogue des âges l'or, la pierre à feu
    la course du Centaure après son lot de dieux
    la main qui fait la chose et la chose qui passe
    de la tienne à la mienne à une autre et se casse
    et se brisant me dit d'une autre vague lasse
    l'éclat fugace

    ◊◊◊

    - Voici, le torchon ?
    - Merci, non.

    ◊◊◊

    Voici le calme bleu et gris
    de l'océan et son roulis
    quelque histoire y peut naître encore
    un dieu attend qu'on l'y adore
    un monstre y préside au banquet
    un astre y ploie sa destinée
    encrier.jpg

    une tempête s'y fait belle
    des vents y soufflent ritournelle
    tandis que de mon pas je longe
    la rive grise de ces songes

    ◊◊◊

    Et voici ta virginité, comme je l'aime
    gribouillées de poLèmes
    page d'aube.

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK