Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

amours mortes

  • exit

    Je me suis assis las du spectacle du monde
    à ronger ma faconde avec mes dents gâtées
    à recompter mes pieds durant quelques secondes
    et le poids d'un ciel creux sur mon cou fatigué

    Passe... Passe ! Ombre sale et bien mal assortie
    à l'or de ce parvis au magistral déclin
    Si jai tendu la main, c'est vers cette souris
    qui n'attend que la nuit pour me donner le sein

    Que sais-je ? Dois-je encor couler, mah ! Supervielle ?
    au creux de mon libelle, et clamer, haut et fort
    l'insigne ritournelle : "Eh ! C'est trop tôt, la mort !"

    Je demeure assis, là, près du fleuve, ce cours
    révoquant des amours la porte de sortie
    et la soupe d'orties quand on se prend un four

     

    exit,poésie,tiniak

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#300 (ah, oui ! quand même)

  • Udaipur blue line

    Une ? Laquelle...
    La plus opportune ?
    La plus Celle ?

    Lire la suite

  • cloué

    Van_Gogh.jpgCette nuit, c'est fait, tout me quitte
     un autre monde est apparu
     où tu ne me reconnais plus
     où désormais rien ne m'invite

    La lune ovale est vert olive
     quelque brosse a figé le vent
     sur une toile de Vincent
     que d'un œil troublé je salive

    Orage, apporte-moi le rire
     indompté de chevaux mongols
     il se pourrait que je sois fol
     au point d'y fonder mon empire

    Une éternité de supplices
     au vrai, ne me tourmente pas
     l'enfer est aujourd'hui et là
     où je ne goûte aucun délice

    Et cette aube qui m'assassine
     impeccablement met à jour
     le solde des vaines amours
     teintant l'ombre d'orgues sanguines

     

    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    la nuit du 30 décembre 2010

  • mauvais sang

    Voici ton heure, mauvais sang
    l'heure de pointe au cheveu blanc
    témoin de nos fronts déclinants où s'agglutinent
    écot versé à la tontine
    l'hypothèque et la mise en gage
    des ruines laissées sans partage en servitudes
    où palissent les sourdes inquiétudes
    que nos mains ceignent
    en n'osant tirer trop fort sur le peigne

    C'est le moment des vilainies

    crachées de sous les vieux tapis
    par l'odieux serpent qui déplie ses annelures
    et nous jette en pleine figure
    un vin coupé de limonade
    avec ce goût de jérémiade acidulée
    lent venin sous le derme accumulé
    sans que s'en plaignent
    ni la vampire sangsue ni la teigne

    Au temps mauvais
    des ciels de lait
    plus crus que crème

    Tout s'est perdu

    de ce qui sut
    dire "je t'aime"

    Et revoici

    au cheveu pris
    dans le miroir

    Le mauvais sang

    qui désapprend
    le cher "bonsoir"

     

    dechir-mur.jpg

    tiniak © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • par-dessus l'épaule, droite...

    par-dessus l'épaule,
    droite
    une fierté mongole
    affront dans le vent qui s'affole
    de la laisser proprement coite
    et ferme... dans son rôle
    regarde à l'intérieur
    le lent, méticuleux et âcre
    massacre du bonheur

    le marbre m'est plus chaleureux
    que le blanc de ces yeux
    et la neige moins froide
    que ce port à la pose roide

    ceinte beauté
    des saintetés
    qui fondent la ronde d’un monde au gré
    des lames fatidiques
    piochées au sabot médiumnique
    des Ordres impérieux
    où meurent d’être odieux
    les anciens règnes chimériques
    - fin des ciels Au Plus Haut Des Cieux

    et moi, là
    par-dessus la jambe
    de rire des violes de gambe

    viola_da_gamba.jpg

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK