Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

érotique

  • erotik mental food

    9ce635037d0a89a62c1549a6bd9b822b.jpgIl ne fallait plus attendre.

    J’ai répondu présente à ses yeux carnassiers. Ses commissures, qu’il avait charnues, vibraient d’inquiétude. Son haleine m’envoûtait. La peur de ne pas maîtriser une voracité évidente nous rapprochait déjà. Il cachait mal son diable, je tenais le mien par la main persuadée de mon appétit. Le combat promettait d’être égal, le profit partagé. Quelques perles de salive glissèrent sur mon menton. La rage. Une rage souhaitable. Il ne fallait plus attendre.

    'vuépri' sur erotik mental food

  • Pas ce soir

    0bc5db07db863328546956c014fc7cc2.jpg

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    elle attendait dans le couloir

    avec sous la frange, cet oeil noir

    où traînaient des nappes de brouillard

    j'ai brandi la clé sous son nez

    son visage s'est illuminé

    j'ai feint que j'allais résister

    mais je savais où on allait

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    et nous voici nus dans le noir

    sur le sol mêlés, deux peignoirs

    passage obligé : la baignoire

    j'ai logé son cul sous mon nez

    son odeur s'est évaporée

    le rire est venu s'immiscer

    entre nos soupirs et nos suées

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    maintenant je suis son perchoir

    la chambre est un terrain de foire

    sans plus aucun échappatoire

    je l'ai connue, j'avais du nez

    elle pouvait  me contenter

    de sa fausse ingénuité

    mais de là à m'y habituer...

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    au matin venu, c'est trop tard

    ma fierté dort sous un mouchoir

    je ne suis qu'un fieffé queutard

    au réveil, j'ai la goutte au nez

    elle est partie sans m'éveiller

    bon, c'est toujours ça de gagné

    en vaines paroles enrouées

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    Je lui avais dit : " pas ce soir "

    tiniak (norbert tiniak)

  • petite mort, râle

    La petite était nue et vu son pédigrée
    en un instant je sus faire l'économie
    des "pardon, s'il-vous-plaît", des "comment, vous aussi ?".
    J'empoignai donc son cul et y logeais mon vit.

    " Pas si fort, gémit-elle, un moment, mon garçon!
    Vois, j'ai le tétin frais, le clito furibond.
    Si j'ai la croupe agile et ci-devant offerte
    n'en suis pas moins sensible à des mains plus expertes."

    " Mais qu'à cela ne tienne, exultai-je en un râle
    où se lisaient sans peine et la fougue et l'entrain."
    Une main dans sa vulve et l'autre sur son sein,
    je me la besognai tout en lustrant mon pal.

    " Ah! Voilà qui est mieux, semblait en plein délice
    me signifier en creux le tressaut de sa cuisse."
    Là, je la retournai de sorte que mes bras
    animent le piston de son corps en émoi.

    Allant, venant ainsi, il s'en fallut de peu
    que je n'éjaculasse prématurément.
    C'est alors que la belle, fort judicieusement
    stoppa net et plongea dans les miens ses beaux yeux.

    Basculant sur le sol, nous roulons, nous tanguons.
    " Je vais devenir folle, ah! Lèche-moi le con!"
    La prière était vive et j'y répondis ça
    mêlant ma salive à ce qu'elle déchargea.

    L'instant d'après, voici qu'elle abouchait ma bite
    cependant que je lui léchai toujours plus vite
    le jus qui mollissait ses lèvres exaltées
    en un gouffre où le rêve et la mort s'embrassaient.

    Quatre fois le coït nous surprit en plein vol
    et pour l'entretenir nous sûmes jouer des mains,
    jusqu'à ce qu'à plus soif et au petit matin,
    l'harmonie de nos corps s'accordât un bémol.

    Un moment, l'oeil ouvert, j'observais sa poitrine,
    douce rondeur de chair piquée de quelques grains ;
    l'arc tendre à l'épaule sous le cheveu châtain
    et la face paisible ourlée de lèvres fines.

    Vint l'heure douloureuse où il faut partager
    qui du pain, du croissant, du thé ou du café...
    La morale est-elle sauve si je l'avoue :
    quelques quinze ans plus tard, dans ce plumard, c'est nous ?

    75e6845d3300c3e9be2ae2153ade7417.jpg

     

    tiniak (norbert tiniak)
    © 2007 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK