Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Blue Hour

    Baisse la garde, Ô temps !

    L’heure est enfin superbe
    avec ses yeux partout
    lovés autour du cou
    dans la pierre, dans l’herbe
    et sous les caracos
    tandis que la planète
    a pris un coup de chaux
    et palotent
    les nuées délabrées
    au ciel abandonné
    où nul vent ne falote

    Un pas franc, l’esprit plein
    du regard qui me tient
    dans la pâleur
    de son ardeur
    au mutisme sonore
    dont mon âme s’honore
    et que garde au secret
    ma bavarde pensée
    je marche vers son nom
    mais préfère le taire à l’abri de mon front

    Elle… est à son jardin
    comme on entre en prière
    dans sa robe légère
    et le port sibyllin
    joignant marée étale
    à d’orageux auspices
    plus haut, des oiseaux bissent
    le paisible spectacle
    (eh, j’en suis l’habitacle !)

    ***

    Hello! I love you, won’t you tell me your name?...

    Organique stupeur
    que ce banquet de fleurs !

    Un entre-parenthèse
    affalé sur sa chaise

    Rions, tant l’heure est pleine !

     

    tiniak,acrostiche,tiphaine vdb,nainaine,the doors,sibyllin,polémetiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    D'you like some music on it?

  • Lucy, dites... Eh !

    Le ciel, de nouveau, vers l'âme erre
    couvrant la cité de son biais
    mal bleui, moutonnant
    où je dardais mes yeux
    (pour y voir quelque Autre à aimer ?)
    ne me livra aucun mystère

    Un soufflet demeurait, pourtant
    venant du sud et quart nord-est
    Il fredonne 'a forest'
    pour que j'en reste sur les dents

    C'est pour quoi, cet air folk ?

    Y aurait pas plutôt un bon rock ?

    ***

    Déjà, qu'le soir est à mourir
    sous les frondaisons domestiques
    bordant, jusqu'au périphérique
    les rues z'et les jardins bourgeois !
    Qu'il ne s'occupe pas de moi
    ça me ferait une belle iambe
    (ben, pour ma chiambre, au pire)
    au pied de mon prochain dé-lire

    Il n'en fallut pas plus, au vrai
    que poussière à mon paillasson
    s'agrégeât dru à mes talons
    et m'insufflât quelque pamphlet

    Ta gueule, publiciste !

    (« - Eh ! On a dit : pas de mots en -iste... »
    « - Pardon ... »)

    Sauverons-nous la terre, ou l'air
    le gentil coquelicot ?
    Nul besoin ! Nous sommes leur fardeau
    Prends ma main, plutôt...
    C'est l'humain, ici, qu'est en galère

    ***

    Elle est revenue, ce midi
    avec ses yeux de Fantasy
    et je me dis : « - …peut-être, oui... »

    Hélios ! Hélios, oh ! Lâche-nous !
    Hélium, ne nous perche pas trop le pouls

    tiniak,lucy in the skype,julian lennon,lennon,Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band,1967,psychedelic

    tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    Illustration : Dessin de Julian Lennon, fils de... Tu vois l'truc ?