Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Petits riens du tout... (grandis ?)

Le jour se lève
et je le prends, benoîtement, pour couverture
A mon réveil, les bruits de la rue sont plus durs
que le sera jamais mon sexe
en quête d’aventures, concave, convexe..

Un rideau tremble…
(ma parole, il me fait de l’œil !)

L’Aujourd’hui ment
obstinément, bourgeoisement; je n’en ai cure…
(pour le moment, j’ai besoin d’être en écriture)
Je vais me poster près du fleuve
à en attendre quelque risée qui m’émeuve

Un canard passe…
(en revue, sa lignée fébrile)

L’hiver se meurt
(dans chaque bourgeon, chaque fleur) de mésespoir
car le soleil étend sa charge, chaque soir
Sur son arnaque horizontale
je viens épancher mon brûlot sentimental

Un souffle gronde…
(c’est pas du vent, c’est du poitrail !)

La ville chante
(un air atlante ?), à présent que la nuit s’invite
de l’un à l’autre, j’en épouille, les points de fuite
au « raillons-gris ! », sur mon carnet
lui, qui sait si bien recueillir tout mon carné

Une idée pleure…
(âpre est l’autre et ainsi de suite)

Le printemps sourd
(de chaque jardin, chaque four), le ventre plein
de notre amour de ces petits riens du matin
quand, sur mon dos, passe ton doigt
pour me dire à nouveau : « Eh, j’ai faim ! Lève-toi. »

Un rire explose…
(c’est bonheur d’en être la cause !)

« - Eh, se pendant, il rêve encore ! »
(applause)

 

tiniak,applause,poetry,poésie,new wave,nouvelle vague

tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#345

Commentaires

  • Ah...ces mots, ces mots, Ce brulot sentimental, cette explosion de sens qui hérisse le poil en minuscules monticules comme des oyats sur une dune ...
    Ça m'a manqué
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

  • Reviens quand tu veux. J'ai une chaude patate, pas loin ♥

Écrire un commentaire

Optionnel