Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A E E O R J G L N L

Sur un crottoir de Carpentras
où je progresse à petits pas
je vois bien que mon ombre jongle
- merde ! me suis pété un ongle...
Boh... Ma bouche le rognera

(pour elle, c'est un lent régal !)

Dans cette rue de Caen meurtrie
avant que ferme Monoprix
un dur vent sibérien m'étrangle
je m'en protège un peu, à l'angle
du 6 juin et Langannerie

(où la vue est phénoménale !)

Hier encor, en bon paria
cheminant vers quelque Au-Delà
je grignotais un pain de seigle
en regardant planer un aigle
j'ai jugé trop maigre mon bras

(pour prétendre égaler sa voile)

Ce matin accueille en goujat
- et à grand renfort de frimas !
mes yeux derrière leurs bésicles
car l'hiver prolonge son cycle
tandis que j'allonge mon pas

(le nez toujours dans les étoiles)

Rentré chez moi, fermée la porte
je lorgne la nature morte
que m'a refilé un vieux pingre
(la chine, c'est son violon d'Ingres)
C'est au printemps qu'elle m'exhorte

(moins que Kiki tombant le voile)

 

tiniak au tableau,polétique appliquée,voyelles,consonnes,pas mieux,violon d'ingres,kiki de montparnasse

tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#309

Photographie : Man Ray, "Le violon d'Ingres" (1924).

Écrire un commentaire

Optionnel