Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ambulance 4.1

Pin it!

Un pas devant la ville au fumet capiteux
si je fermais les yeux, n'en serais plus tranquille
et mon train d'automate, à l'alarme futile
eût à fourbir le grain de ciels calamiteux

Je me dois à mon quart, les mains au fond des poches
Ce matin sera moche avant qu'il soit trop tard
Aussi vais-je, sans fil, autre que mon Lent Soir
dévider mon histoire au rouet de ses encoches

Qui l'entend ? c'est le songe...
Et repasse l'éponge un doigt sur la tablée
pour en lisser des bruits les miettes rassemblées

Qui va là ? c'est l'idée !
quand je marche, sonné ! sur mon chemin de ronde
esclave de la nuit, dans sa claire faconde

Ah... ? Tu m'y rejoindrais ?

poésie,odd machinery,tiniak,poetry,Frenchies


tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Les commentaires sont fermés.