Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

caisse, hier

Le cœur a sa fenêtre ouverte
La forêt bien rangée devant brûle tout son flanc droit
Ça va chauffer plus fort à présent, sous les toits
que, sur le bout des doigts, ont repris les décomptes
des passagères hontes
et des gentils émois
quand, depuis l’occident un vent court à sa perte
 
Ou c’est peut-être moi qui me fais à l’idée
que le jour a passé sans que je ne le vois
nichée toi, niché moi
dans quelque dé à coudre
avec nos grains à moudre – et de concert, encore !
jusqu’au délit des corps dans le content des chairs
 
Mais – je ne rêve pas…
cela fait bien longtemps que tu n’es plus personne
que je n’ai que dix doigts
pour joindre mes deux bras
et que je m’époumone à maudire l’automne
quand l’hiver est bien là, en bas, rue Salomone
 
Ou alors quoi ? Courir ?
Bondir, là ! sur tes pas qui se sont effacés
depuis quelques années vers un autre Agadir
sa paire de saphirs et son autre patois ?
Puisque je les entends toujours dans l’escalier
 
Je ferme la fenêtre
La forêt peut brûler, je m’habille de fleuve !
Qu’est-ce… j’allais chercher
…en traversant la pièce où tu restes cachée
dans ta dernière épreuve ?
Pour que je m’en émeuve, tout l’être !
 
Ça, qui me le dira ?
 

poésie lubrifiante,lol y tasse, dé à coudre

tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki# 232 

Commentaires

  • Oui ?
    Dans un dé à coudre, tout de même ;)

    Je te souhaite une année riche en bonheurs singuliers, chère venise.
    Merci de ton passage, et à bientôt chez les Impromptus !

Écrire un commentaire

Optionnel