Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bah, tisse...

Pin it!
La rue m’est familière au point d’y faire corps
Alors… Alors… ! Quelle est cette maison ?!
Sa pierre, c’est du grès; ses volets sont marrons
Ici, tout est en craie que le soir pare d’ors
 
Sa porte est peinte en rouge et son numéro vert !
Eh ben, bravo ! Dis, ça envoie du lourd !
Vu qu’à travers sa vitre, on aperçoit la cour
Je ne résiste pas, je frappe à son mystère
 
La porte mécanique ouvre sans vis-à-vis
Allez… J’y vais ! Après tout, c’est le jeu
Pas déçu du voyage, oh ! j’en prends plein les yeux !
Le corridor, déjà, tapissé d'organdi...
 
Dessus, tant de portraits que je croyais perdus !
de moi, d'amis, d'amours désenchantées...
et, tracé sur le sol, un parcours orienté
pointant un escalier aux marches dévêtues
 
Je gravis prudemment ses degrés inégaux
Le pas plus lent, tandis que je m'approche
avec le sentiment d'être le jouet fantoche
d'un projet qui m'écharpe et m'enlise les mots
 
Je suis sur le palier, sans réponse à l'appel
Allons... Allons... Tout ceci n'est qu'un rêve
Mais voici que, du mur, un bras me tend un glaive
et qu'une voix me dit "tu n'es plus éternel"
 
Je fuis ! Je fuis ! Je cours! Je n'ai plus d'appétit !
Eh, au secours ! C'est quoi, tout ce barnum ?!
Je regarde après moi, je vois tous ces fantômes
et je sais désormais qu'ils ont pignon, ici !
 
 

Laurence Le Masle

tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#221

Les commentaires sont fermés.