Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cuisine hier

Pin it!

Batterie.jpg

Ça faisait ting bling balang klang

et puis des frichtis, des glouglous

ça nous faisait tirer la langue

on s’asseyait sur ses genoux

et voici comme on prenait goût

à la vie

 

Au matin, pour notre réveil

le café sentait le soleil

nous, on buvait du chocolat

du brassé, du qu’on trouvait pas

chez les copains

 

A midi, on jetait nos groles

avec nos cartables d’école

on consolait nos théorèmes

avec l’escalope à la crème

qu’on mâchait bien

 

Au souper, les soirées d’hiver

déclinaient la pomme de terre

en purée, poêlées croustillantes

ça nous gaverait la sous-pente

jusqu’à demain

 

Ça faisait ting bling balang klang

et puis des frichtis, des glouglous

 

On devenait sioux, iroquois

pour se risquer du bout du doigt

à chiper de la crème anglaise

tandis qu’on ramenait les fraises

de nos jardins

 

Le doux parfum des madeleines

sonnait le glas de la semaine

et les panières soupiraient

l'amande et la fleur d'oranger

sous le jasmin

 

Quand, pour nettoyer nos bêtises

on roulait nos bras de chemise

au vrai, la douce punition

que de pleurer sur un oignon

avant le bain

 

Ce matin, un vent a passé

dans la cuisine désertée

malgré les gens rassemblés, là

qui pleurait, qui parlait tout bas

et dans son coin

 

Ça faisait ting bling balang klang

et j’avais son nom sur la langue

mes deux filles sur les genoux

grignotaient ; je reprenais goût

à la vie

 

 

 

 

tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
______________________________________
Impromptu Littéraire - tiki#36
où je vous recommande aussi les excellents textes de Poupoune et Toncrate
ainsi que (à suivre)...

Commentaires

  • on voudrait que tu aies quelques genoux de plus pour s'y installer et grignoter avec vous aujourd'hui et demain, dans cette jolie cuisine d'hier...

  • j'ai zappé ce quelque peu les 2 derniers défis et je regrette salement d'avoir sucré ce texte.

    et quand en plus, à la beauté de l'écrit vient se mêler l'émotion du souvenir, alors là, que veux-tu...

    merci

    __________________________________________
    bon, y a pas d'obligation non plus, hein... à l'écriture ludique nul n'est euh, ... tendu ?

    tu passes quand tu veux, tsé.
    tu seras toujours le bienvenu, tsé.
    bawoui, tsé.
    ;-))

Les commentaires sont fermés.