Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

yeux

  • noms communs (xyz)

    Pin it!

    Xérès :
     Or pâle et liquoreux où je bois mon reflet
     qu’as-tu fait de mes yeux ? Le monde n’y est plus
     sous le ciel vaporeux ni au coin de la rue
     et ses bruits se sont tus sans même dire adieu

     Ton sang trouble le mien avec application
     la paume où je te tiens s’arrime à ta fraîcheur
     quand un souffle survient d’obscures profondeurs
     annoncer les ardeurs dont je connais la fin

     Mais où sont donc passées les mignonnes du soir
     qui montent l’escalier une main sur la fesse
     posent sur le palier le pichet de xérès
     et singent mieux l’ivresse avant d’être payées ?

     Tant qu’à rester ainsi, invitons la Camarde
     et jouons la partie où nous l’avons laissée…
     Allons, mes bons amis, c’est à qui de couper ?
     L’arbitre s’est couché ; qui donc fera le pli ?
    ; vin blanc qu’il vaut mieux prononcer avant qu’après.
    - Vous savez que la dernière gouvernante a été renvoyée parce que dans sa chambre, on a trouvé une bouteille de sherry à moitié pleine, dans une statue en plastique vide de la Ste-Vierge écrasant le serpent [Robert Marinier].

    Yeux :
     Gouttes de part et d’autre irriguées par le sang
     qu’une vision du monde a poussé au dehors
     mes yeux vous avez mal de m’être tant l’effort
     que l’entrain à chercher de quoi me réjouir
     quand point à l’horizon le détail élégant
     d’une main qui m’appelle à border l’océan
     juste avant de partir et d’aller au-devant
     d’elle,
     que l’aube me révèle
     irisée de plaisirs charnels
     tandis que les dieux fous
     consument leur courroux
     sous le grand dais jaloux du ciel

     Je prolonge mon pas quelque temps sur la rive
     le regard arrimé à mon phare lointain
     et puis, n’y tenant plus je lance ma dérive
     sur les croupes cabrées des chevaux dans la main
     qui les tient reliés aux grands bras de Neptune
     un reflet de la lune indiquant au destin
     la route qu’il faut suivre et qui mène au festin
     qu’elle
     dresse sous la tonnelle
     où je goûterai l’hydromel
     qui lui goutte du sein

     Je te vois ma sirène et viens
     car le chant qui m’appelle est tien
     si doux dans le marin
    ; regards noueux, intrigants et fantasques que l’on connaît aux plafonds lambrissés.
    - Clair soleil de mes yeux, si je n'ai ta lumière, / Une aveugle nuée ennuitte ma paupière, / Une pluie de pleurs découle de mes yeux. [Reine Margot].

    Zoo :
     Allez zou, les zozos
     Tous au zoo !
     Tous au zoo !
     Délivrons les animaux et mettons-les sous les arbres
     Brisons là tous les palabres avec les gardiens de zoo
     Disons zut à ces zéros
     Tous au zoo !
     Tous au zoo !

    ; oiseux raccourci qui se réserve le droit de singer la nature en en faisant toutefois fort peu de cas.
    - Adam et Eve se promenaient dans un jardin zoologique qui avait reçu le nom d'Eden, probablement pour attirer du monde [Tristan Bernard].

     

    __________________________________
    retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

    question_lg.jpg

    __________________________________
    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK