Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

volubilis

  • Volubilis

    Volu_c4.jpg

    V oluptueux, son discours

    O ffre en toute occasion

    L eçons et mots d'amour

    U n parfum libertin

    B ouffant aux entournures

    I l lui suffit d'un rien

    L 'or de son verbe clair

    I llustre sans tabou

    S on avis sur la chair

    ° ° ° 

    elle est au bout du fil
    je ne peux raccrocher!
    j'aime trop d'Ipomée
    entendre le babil
    et me la figurer
    lissant d'un doigt gracile
    les touches du clavier

    ° ° °

    je suis au bord du Styx
    le stylo suspendu
    attendant une rime
    en cul

    ° ° °

    Ipomée, livre ouvert
    sur mes genoux en terre
    lis-moi, lis-moi encore
    le désordre à venir
    des troubles du désir
    et des élans du corps

    ° ° °

    Volubilis
    (vitamine)
    c'est
    l'ombre qui danse au mur
    du fond de la Caverne, épure
    sent
    flamme
    les sens dans l'essence du vent

    ° ° ° 

    intouchable palpeuse
    d'âme, libidineuse
    femme
    de l'Être et du mot dit

    lis-moi, dis, lis-moi d'où
    je suis

     pour une bise de La VolU
    tiniak jetant son dévolu sur La Volu
    © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Volubilis Manifesto

    le mainate : "VOLUBILISTE TINIAK COMMENT ES-TU ARRIVE LA ?"

    tiniak :  - Où ça?
    le mainate : - Ben, chez La VolU (fais pas l'con quoi, c'est toi qui passe en premier, merde!)

    tiniak : - a-donc... norbert ne s'était pas encore complètement fait dévorer par tiniak, quand je découvris les écrits décomplexés et sympathiquement légers d'une certaine Ipomée ; à vrai dire, je ne sais plus quelle recherche d'image m'a conduit jusqu'à son premier bleugh (pardon, bloug - oui 'fin blong). la nuit était fort tardivement avancée, je manquais d'une illustration pour mon espace msn.
    et paf!
    je ne sais plus si j'avais tapé quelque chose incluant le mot "poésie", toujours est-il que, dans les quelques lignes du court exergue placé sous sa mention par le moteur de recherche, je remarquai des VERS INTRIGANTS. c'était chaud de hot, ça semblait décalé, je ne me doutais pas de ce que j'allais trouver.

    je me souviens même que ma première lecture ne m'avait pas livré d'indication sur le genre de l'auteure. c'est en fouillant plus avant que j'ai découvert à qui j'avais affaire.

    je surfais depuis peu pour mon seul compte et à mes heures plus que perdues. d'ordinaire, je jetais de brefs coups d'oeil à des articles, piochais des images. au mieux, j'écoutais des musiques, j'esquivais toujours les blogs perso... MAIS ALORS DIS, là, j'ai bien dû y passer près de deux heures d'un coup!

    Accro' à la première lecture... et tiniak en a bouffé norbert.
    [norbert, c'est le rimeur profond - tiniak, c'était son extension légère. la vapeur ne s'est pas renversée : tiniak, au contact de la volubilité d'Ipomée (que je décryptais en e_paumée) est sorti, mainate au poing, pour lâcher haut et fort,ce que norbert pensait devoir garder pour lui. HAUT ET FORT! le choix du support, une autre cohérence qui m'a de suite plu. ndmm]

    de comm' en réponses, j'ai goûté les humeurs lumineuses de cette charmeuse de serments.
    et de clics en clics sur les liens qu'elle propose, je me suis fait une idée de ce qui rassemblait des personnes qui ne se ressemblent pas. je n'adopte pas tout : ce sont SES LIENS. mais j'y ai fait aussi de bonnes découvertes PAS SEULEMENT FEMININES!

    697ec91bb80099b2219241f59873f264.jpgessayez. c'est pas plus compliqué.

    c'est bon là, j'peux y aller ?

    le mainate : VOLUBILISTE TINIAK , MERCI "

    le mainate : "VOLUBILISTE COMME UNE IMAGE COMMENT ES-TU ARRIVE LA ?"

    CUI : — Oh la la ! Mais c'est que ça commence à remonter à la nuit des Burps. Quand j'ai débarqué en mai 2006 dans la burposphère, c'était un peu ex nihilo, c'est à dire que je ne venais pas parce que je connaissais untel ou untelle qui tenait un burp (je n'ai su que plus tard que Lib, la géniale Echappée Belle, en avait un – et quel burp !). Donc je ne connaissais personne et personne ne me connaissait. Je suis allé à tâtons et je me suis construit à la force du poignet un lectorat et (y'a pas de mot ?) un écritorat (?!), enfin, mon petit réseau de burps que je lisais. Comment j'ai découvert la volu, je crois, mais sans certitude, que c'était en passant par Sex & Cie.
    J'ai réussi à trouver chez moi la première note entièrement consacrée à elle :
    http://commeuneimage.hautetfort.com/archive/2006/10/12/i-%E2%99%A5-volubilis.html
    C'était en octobre 2006 mais, disais-je, elle était déjà en lien chez moi depuis un moment.

    697ec91bb80099b2219241f59873f264.jpgJe crois que je la projette comme une sorte de femme idéale, celle avec qui j'aurais voulu construire ma vie, belle, bandante, sexuelle, vivace, fine... Évidemment je n'ai qu'un regard partiel sur ce qu'elle est vraiment mais je reste, un an après, toujours fasciné par la Volu.


    le mainate : VOLUBILISTE COMME UNE IMAGE, MERCI " 

     

    le mainate : "VOLUBILISTE STORIA GIOVANNA, COMMENT ES-TU ARRIVÉE LÀ?

    la Sto' : - En octobre 2005, je m'appelais encore Blandine, j'avais 22 ans, j'étais célibataire, pucelle et coincée et je commençais un Master 2 en Histoire Médiévale à l'université de Rennes II. Au même moment, au détour d'une visite à la BU, j'ai eu l'idée de commencer l'aventure sur Rocktaverne. Au détour d'une visite sur la page d'accueil de Jubii, je tombe sur deux blogs azimutés : Ange ou Démon (elle manque, la petite!) et Volubilis.
    Cela a coïncidé avec mes premiers questionnements sur le sexe, l'amour (questionnements tardifs, certes, mais là n'est pas le propos). Ces deux minettes m'ont aidées à réfléchir. Par la suite, je suis restée en contact avec Volu, au gré de mes pérégrinations. A mesure qu'elle se posait ses questions sur la vie à 2, je lui répondais par mes questions sur le sexe.
    697ec91bb80099b2219241f59873f264.jpgAujourd'hui, je m'appelle toujours Blandine, j'ai 24 ans, je ne suis plus célibataire, pucelle et coincée, et je viens de commencer un Master 2 Professionnel Métiers du Livre et de l'Edition à l'Université de Bretagne Occidentale à Brest. Grace à qui?

    le mainate : VOLUBILISTE STORIA GIOVANNA, MERCI"

     

    le mainate : "VOLUBILISTE LEPETITLEIBNITZIEN, COMMENT ES-TU ARRIVÉE LÀ?
    lepetitleibnitzien : - Comment j'en suis arrivé là ?
    C'est une histoire, pas forcément longue, mais très surprenante.
    Assurément mériterait-elle d'être narrée !
    Mais il n'est pas encore temps.
    Disons que je me suis trouvé là presque par hasard,
    mais presque
    .

    Ensuite, j'ai été happé par cette mise en mots d'une existence fragile.
    Peut-être parce qu'elle n'est pas sans rapport avec l'esprit des années 70 (voir la scène de la famille autour d'un feu de bois avec déclaration d'amour au père).
    C'est parce que c'est la métamorphose de la petite fille aux jambes de grenouille en femme amoureuse de son corps.

    Je me suis dit : à coup sûr, petitleibnizien, voici quelqu'une qui a autre chose à dire que :
    "je croque la vie à pleines dents" !
    Comment a-ton pu comparer ce blog avec Bridget Jones ?

    La vérité, toute, on ne peut pas la dire, on ne peut que la mi-dire.

    le mainate : VOLUBILISTE LEPETITLEIBNITZIEN, MERCI"

     

    b21d0ab006844c13a3c68b1e0f99ea51.jpgle mainate : "VOLUBILISTE CATTLEYA, COMMENT ES-TU ARRIVÉE LÀ?

    la Catt' : - V comme… Volubilis
    C’est grâce (ou à cause me direz vous) d’elle que je suis ici, à essayer tant bien que mal de finir cet abécédaire. Pourquoi y a autant de lettres aussi !
    Volu, je l’ai découverte par hasard, sur son premier blog. J’ai accroché tout de suite à ce ptit bout de fille au style (oui parce que pour le coup, elle, elle en a du style) à la fois drôle et intelligent. Elle sait parler de tout. Elle sait vous rendre intéressant un caillou trouvé dans le fin fond de sa campagne. Elle se livre avec une fraîcheur qu’à l’instant je lui envie.
    Dès que je rentrais du taf, j’allumais mon ordi pour découvrir son nouveau billet. Je suis devenue une Volubiliste de la première heure, comme nous nomme Tiniak.
    Plus qu’une bloggueuse à mes yeux, c’est devenue une amie. Grâce à elle, je n’ai plus froid aux mains en hiver ! (si ça c’est pas de l’amitié !)
    Nous échangions des fous rires sur MSN (si si , je vous jure cette fille là est tellement barrée que je l’aime !)
    Ma Volu, sache que oui, je t’aime ; je te souhaite tout le bonheur possible, et même plus encore. Je t’embrasse."

    le mainate : VOLUBILISTE CATTLEYA, MERCI"

     

    b21d0ab006844c13a3c68b1e0f99ea51.jpgle mainate : "VOLUBILISTE L, COMMENT ES-TU ARRIVÉE LÀ?

    L: - Je suis arrivée chez Volubilis... il y a trois jours.
    D'aucun diront peut-être que je suis une trop jeune lectrice pour être prise au sérieux. Mais moi je peux vous dire qu'un coup de foudre c'est un coup de foudre. Vous me reverrez encore dans dix ans (si Volubilis ne s'est pas épuisée à la tache avant).

    Avant de dire comment je suis arrivée là, je vais raconter ma vie (j'adore raconter ma vie).
    Il y a deux ans j'étais célibataire, pucelle et je n'avais rien d'une coincée, seulement j'avais grandi sans rien apprendre de mon sexe. J'étais bien trop occupée avec le reste du corps, à goûter à tous les plaisirs de tous les sens que je connaissais, ceux dont ma maman n'avait pas omis de me signaler l'existence. Et puis sans doute que je n'étais pas assez mûre non plus.
    Un jour j'ai fait l'amour avec un garçon. Et j'ai découvert que ça me plaisais vachement. Je l'ai refait. Et c'était encore mieux. C'est ainsi que j'ai avancé à petits pas dans ma sexualité jusqu'ici, avec ce garçon qui m'apprend chaque fois un peu plus à apprécier le plaisir de mon corps.

    Cependant, ne voyant ce garçon que très rarement, l'avancée dans le plaisir est toutes en interruptions, bref, très lente. Bien plus lente que ma curiosité.
    Au cours d'une recherche google pour je ne sais quelle raison, je suis tombée par hasard sur le site de Comme une image. Les trois lignes de la page google m'ont intriguée. Et ce que j'ai lu a réveillé un plaisir diffu. Bref, j'ai découvert ce que c'était l'érotisme, qu'il y avait des gens qui savaient l'écrire, et que j'aimais ça. De liens en liens, un peu plus tard, je suis arrivée chez Volubilis.

    Dès le premier texte - que dis-je - dès les premières phrases, j'ai senti que c'était quelqu'un dont le style parlait directement à mes sens.
    Au bout de deux ou trois textes, j'ai compris que c'était quelqu'un qui me plaisait.
    Et une dizaine de textes plus tard, j'ai fini par vraiment comprendre : cette femme, c'est moi. Ou plutôt c'est le moi qui n'est pas encore là. Mais lorsqu'elle se raconte, c'est mon corps qu'elle raconte.

    Alors voilà, Volubilis, c'est le plaisir de redécouvrir le plaisir à travers elle.
    Et au détour d'une phrase, c'est une réponse à mes questions. Et encore plus souvent des textes qui me font me poser des questions.

    Donc merci Volubilis et au plaisir d'être encore ta lectrice.

    le mainate : VOLUBILISTE L, MERCI"

     

  • VolUbilistes, debout!

    !A LA VOLU! 

    Cette note pour que VOUS LUI témoigniez tout l'intime intérêt, le sincère respect et encore bien plus, pour les raisons d'affinités particulièrement HAUTES ET FORTES qui nous ont rassemblés autour d'elle : Ipomée, La VolU.

     

    b42cea942115d2f75ea9810f8f6e15ce.jpg

    Je vous propose de prolonger indéfiniment les quelques mots inscrits en toute fin de ce billet.

    Pour ce faire, laissez-en quelques-uns de votre cru - cru, c'est le ton qui convient, nuh? en COMMENTAIRE, là ci-dessous, après. même des mots en vrac! (si vous souhaitez que je les assemble, précisez ASSEMBLAGE VO'LU) je me charge de les ajouter à la suite [+pseudo des auteurs], sur ce billet ; et m'engage à l'actualiser de façon à ce que la composition ainsi obtenue figure toujours en PAGE D'ACCUEIL sur ce blog.

    Libre à vous de le copier périodiquement pour le mettre sur le vôtre.

    Le jour où La VolU reparaîtra sur la blogo', ça va lui faire une drôle de chiée de surprise, pas vrai ?

    C'est parti!

     

    " In volubile volubilis / voulut voler aux heureux tristes / un temps de paix qui ne subisse / ni la fatuité du sophiste / le sourire niais de l'hypocrite / ni la pitié du moraliste / En vérité Volubilis / nous a rapprochés du pubis / nous a décliné le pénis / en termes crus ou fantaisistes / décomplexés ces mots persistent /vois-tu VolU, voici la liste / de tes joyeux VOLUBILISTES [tiniak] Délice dévoilé, gourmandise en macaron, croquante d'érotisme, la recette s'est déclinée en multiple façon. Jamais d'overdose de cette esquise patisserie [milady] Un petit habitant / caché dans ton nombril /arrivera en disant : / "Avanti, mamma, sono qui!" / Ne nous dis pas "Ciao" / trop vite, ma Volu, / mais fais-le pour momo... / et qu'on n'en parle plus! [Giovanna Storia] ... "

     

  • VIVE L'AMARRE, YEAH!

    La mariée l'aura voulu

    on jette les amarres

    il n'est jamais trop tard

    pour se choisir un flux

    La mariée, c'est la Volu

    ça nous fait tout bizarre

    ça trouble le regard

    ça prend au dépourvu

    Et puis, l'instant d'après

    reviennent la confiance

    le fun et l'insouciance

    on crie : " Vive l'amarre, yeah! "

    Et puis dans la foulée

    on écrit une note

    on contacte les potes

    le fil n'est pas coupé

    Rassemblés, tous en bout de piste

    la chaîne des volubilistes

    se met à crier haut et fort :

    " La volubilis est au port "

    Salut, salut, salut

    La mariée l'aura voulu

    Salut, salut, salut

    la mariée, c'est la Volu

    niak niak et les volubilistes associés

  • lubie de vol à vue

    poème volubile, à dire avec vélocité, merci. 

    qui a vu La VolU l'a peut-être pas voulu, mais ne l'aura pas volée, car c'est elle en vérité qui jette son dévolu sur qui vient la visiter et ce même au débotté.

    qui a lu La VolU avale une tranche de vues lâchées de sa vie en vol, avalanche sans faux col ; caracole, fait des U, et en queue de farandole finira sur le cul en bémol.

    verbe franc, verbe cru, voilà belle et bonne école, volubile au vitriol, la vie c'est pas du synthol ; ça c'est dit, ça s'est vu, c'est la folle du cul qui en rigole tant et plus.

    en veut-i' ? en veux-tu ? en voilà pour ton ego, mais si tu joues aux légo, tu n'es pas au bon niveau ; la veut-i' ? la veux-tu ? gare à ton petit vélo, son garage est un fourneau!

    tu la lies, tu l'as lue, ça peut pas te faire de mal, ça te prend au dépourvu, ou ça tombe pile-poil ; tu la vis - tu l'as vu, c'est pas du subliminal, mais c'est du fond d'âme mentale.

    qui a vu La VolU l'a peut-être pas voulu, mais ne l'aura pas volée, car c'est elle en vérité qui jette son dévolu sur qui vient la visiter et ce même au débotté. olé!

    tiniak (norbert tiniak)

    DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK - 2007