Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amaretto

Après avoir longtemps erré dans la campagne
y ai laissé mon pagne et quelques rêves mous
l'idée d'une compagne avec le cheveu roux
armée de francs courroux, quand la rage la gagne

Madame, aux cent virages...
Ô Très Chère au sang frais
l'est doux, votre visage
mais quel piège y logez !

Oublieux au grimoire
je réfute les mots
que j'avais dit, tantôt
par des ratures noires

Restez là ! pour entendre
vous, issue de la ferme
mais aux formes si tendres
quel est votre épiderme

Eh, chérie ! C'est du flan
et pas du meilleur cru
ce que tu m'as vendu
et sans prendre de gants

Toi ? Tu es l'araignée
en confort, sur la toile
tissée comme une voile
sur un navire à quai

Tant va la cruche à l'eau
que c'est du pain béni
pour les tristes dénis
trempés d'Amaretto

Oh, c'en est trop ! C'est bon ! Va jouer dans ta cour...
Je me garde, en recours : les prés, les alluvions
des fleuves sans détour, les prunes, les marrons,
et ce dernier moignon : mon poing dru dans ton four !

 

poésie,amaretto,apéro,vinci,tant va la cruche à l'eau

tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#296

Commentaires

  • Ah bawoui, ça, ça plaît... Mais ce n'est pas de la poésie. Juste des rimes sur un ressentiment. Trop facile ! :p

  • Hé ! Hé... ;)

Écrire un commentaire

Optionnel