Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Respectorant

    Sans trop rien en laisser paraître
    alternant devise et question
    lui faisais la conversation
    les yeux pris dans sa silhouette
    (délictueusement honnête
    à dégarnir
    de leurs arabesques les portes d'Agadir)

    Elle enchaînait les cigarettes
    au train de ses effervescences
    sur les rails de la confidence
    jetés sur d'obscures saynètes
    (tableaux graves au tranchant net !)
    où des fantômes
    anéantissaient de l'amour les purs arômes

    À l'écouter parler sans heurts
    soudain, je me trouvai à court
    d'esquives polies, de détours...
    Me cuisinant à la vapeur
    un feu de forge à l'intérieur
    léchait mon âme
    Puis j'entrevis comme elle regardait les flammes

    poésie,expectorant,effervescence,Agadir

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#279

  • tempi en pot

    Que faire, dites ?
    Là, tout s'agite et bat son plein
    artistement ou tristement
    - courageusement ? vers sa fin !

    Eh, luminaires... d'invite !
    Quoi c'était, cette mort subite
    répandue, mais du bout des lèvres
    pour nous abreuver de sa fièvre
    et nous mieux finir à la main ?

    Un rêve tombé dans un puits ?
    Une caresse de la nuit ?
    Une promesse
    dite, vite oublée, drapée de joliesses

    Ce pendant, cependant
    (n'était son doux velours)
    n'efface pas le cours
    si peu libre soit-il
    et rugueux, nuit et jour
    du vivant alentour

    Qu'en faire, dites ?

    De la groupie de chansonniais ?
    Des anathèmes, pour de vrai ?
    De l'enfumage
    pour sacrifier au jeu de vaniteux carnages...

    Mieux vaut garder un pied ailleurs
    - c'est entendu !
    que de piailler à l'intérieur
    sur le menu

    Autant va le temps, cette erreur !
    - un caprice de la nature...
    coiffer, son bonnet de bonheur
    la plus infime forfaiture

    Dès lors
    puisque le temps court à ma perte
    j'adore
    l'abandonner sur l'herbe verte

     

    time, vite, tiniak le niak

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#278

  • Là ! L'Une, dans le caniveau

    Et revoici la nuit orange...
    sa langue aux rivages étranges
    ses ombres sales
    foulées par d'orgueilleux nomades festivals

    L'heure est parfaite...
    J'y viens comme on entre en hypnose
    une part de moi sur la pause
    et l'autre à chanter à tue-tête une bluette

    Est-ce le moment de le dire ?
    Ah, qu'elle empire...
    la chanson, nette et ravageuse
    qui offre ma tête nue à la Bételgeuse !

    Marcher n'y fait rien - au contraire !
    C'est même un aliment des plus élémentaires
    pour battre plus avant
    la peau grêle des rues vers le néant

    Enfin, la pluie s'affine et meurt
    Des flaques moirent, en douceur
    Les nues dévoilent
    les plus précieux brillants de la plus vaste toile

    Nocturne émolument...
    une phrase après l'autre paie
    son seul et franc denier
    d'un crachat versé au trottoir béant

    Tant pis pour l'heure induite !
    Ricochets sur ses points de fuite
    vont, sans vergogne, mes sabots
    broyant - prise, là ! l'Une dans le caniveau

    tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#277