Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pierre austère

PREMIER QUART
 
Je ne pousserai plus, au soir, la chansonnette
où persiste pourtant une chère langueur
Je préfère être assis sur ce croissant, rêveur
à pêcher des nuées le silence têtu
 
À mon dernier portail, tirée la chevillette
j'ai piqué l'Au-Revoir à mes semblables sueurs
sur un papier mâché où ont séché des fleurs
car ce qui m'habitait ne me reconnaît plus
 
Puisque l'absence d'air ici est un régal
et chaque lunaison, une occasion en or
de changer au Zodiaque un trajet de Centaure
qu'irais-je m'empêtrer les pieds dans le tapi ?
 
J'ai quatre fois vingt ans sur mon disque d'opale
chaque mois n'est qu'un jour, chaque jour un trésor
Quand tu lèves le nez, tu n'y vois que ta mort
moi qui le suis déjà, en ai fait mon logis
 
 
DEUXIÈME QUART
 
Lune
sans L'Une
affranchis mes sades infortunes
 
Taire
cent terres
conforte mes amours opportunes
 
Et je crèche là-haut
avec un sang nouveau
à pêcher tous les mots qui me viennent
 
Jamais plus je ne crains
le jour ni le matin
ni ma main au regret de la tienne
 
 
TROISIÈME QUART
 
Ellipse ! Ellipse ! Ellipse...
épargne-moi bientôt une prochaine éclipse
 
 
DERNIER QUART
 
Jeux sombres
 
 

Gaëna da Sylva,photographie,sensuelle,nip,seat

tiniak ©2014 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#224
(exclu' tiki#223, par ici)
crédit photo : Gaëna da Sylva
 
 

Commentaires

  • superbe !!
    e viens m’abreuver à cette poésie sauvage

  • Comme moi à tes traits volcaniques !

    Fidamicalement,
    tiniak

Les commentaires sont fermés.