Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

calvadose

Pin it!

calvados

Lire sous le gris, bruns et verts
les caprices de l'atmosphère
Sentir la mer qui fait le vent
l'averse et réciproquement

Et la fumée qui monte droit
pour tenir le ciel à l'endroit
où on l'attend, jour après jour
(qu'il mange l'ombre dans la cour)

Et l'arbre avec ses bras pelés
que les moineaux ont désertés
il crache une toux de corneille
en écho à celle des vieilles

Et le fleuve qui ne boit plus
que l'eau des rivières moussues
rechigne à courir vers le large
amer et vaseux à la marge

Et voici l'autre et son prochain
qui croisent le regard en coin
sur le perron des voisinages
où pataugent les bavardages

Et puis voici, le rouge aux joues
cette femme Bien De Chez Nous
qui piétine, panier au bras
lippe digne sous le front plat

Et cet autre panier garni
cabrant ses formes rebondies
nargue des blâmes quotidiens
l'hypocrisie et le venin

Et s'ensuivent de francs négoces
qui souhaite prolonger la noce
qui partir avant le carnage
arguant de "...force ni que rage"

Et tant qu'à porter la culotte
ça vaut son coup derrièr' la glotte
L'œil a son orbite à l'andouille
la narine, un doigt qui la fouille

Et puisque l'Bondieu t'a mis là
qui sais pas quoi fair' de tes bras
agite un peu ton gras du bide
Ne t'en vas donc pas les mains vide !

Et c'en n'est pas bientôt fini
de tes yeux de biche alanguie ?
Tout ça rien que pour s'enfermer
dans de bohémiennes pensées...

Et allez ! En avant, musique
des jérémiades symphoniques
Beau temps... mauvais temps, tout pareil
...à vous massacrer le sommeil !

Et quoi, en veux-tu ? en voilà !
du gris, du vert et des frimas
Que ça n'aillle pas t'empêcher
d'être à l'heure pour la curée

Calvados
soit je m'en fais une idée fausse
soit je l'habite
comme son cri de mouette folle m'y invite

tiniak © 2011 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Commentaires

  • J'ai eu plaisir à lire.

  • Ah, non c'est trop simple. Je ne veux pas qu'on me conte fleurette, je veux des galipettes. Ne me dis pas que tu as peur ?" "Non, bien sûr que je n'ai pas peur, mais tu mérites mieux que ça." La colère monte doucement, il vaticine et bientôt me fera-t-il la morale

  • Meuh... comment kissav que je cherche une casquette de l'Union, dis ?

Les commentaires sont fermés.