Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • compulsion patentée

    LDNSHOES.JPG

    Promesses plantureuses
    des petits riens du Tout
    qui seront rien du tout
    te feront malheureuse ;
    cessez, vitrines !
    Vos expositions l'assassinent

    Occasion, Promotion, Compulsion
    font aux fronts toilettés
    appel aux petits pas pressés

    Cartes fidèles
    dont elle use
    avec ce gentil mot d'excuse
    "Pas cher, regarde"

    Elle aura pris sa garde
    sans voir le chien
    sans sommation
    S'en farde
    un regard qui vous tient
    en serre

    Enfer et tupperware !
    Chaussures !
    Ah, devantures !

    pieces.jpg

    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Le panneau

    Tchiki boom tchi boom

    Bien le bonjour, madame
    aux gros nichons de plexiglas
    que ni vent ni pluie ne menacent
    puisque dépouillés d'âme
    - un comble si l'on considère
    la publicité de leur chair

    Toutefois,
    ne soyons pas dupes, mais brefs :
    une jupe a plus de relief
    (même les mains à plat dessus
     même sur le plus plat des culs
    au retour de la messe)

    Sortie matin, rentrée le soir
    À la journée sur le trottoir
    (aux yeux de tous les âges)
    et remisée pour la nuitée
    (sans menu bavardage)

    Que le franc juron du patron
    ("Putain ce qu'elle est lourde, con !")
    et puis les niaiseries garçonnes
    ("Attends! Attends, comme elle est bonne !")
    et tout ce que ne diront pas
    ceux-ci... celui-ci... celle-là...

    Jusqu'à ce plus taiseux encore
    qui entre fier et en ressort
    - Allez... tombé dans le panneau !
    son pain roulé dans vos journaux

    Ayééé !

    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

     

     

  • contrepoints

    saucisson.jpgTu t'emportes
    Je me ferme
    Ne goûterons-nous plus le jambon de Palerme ?
    ensemble
    étonnés de nos doigts qui tremblent
    à la même lueur ?

    Je me lâche
    Tu t'ennuies
    Boirons-nous pas de ce vin de pays
    avec
    nos doigts croisés sur le saucisson sec
    pour le même bonheur ?

    Si tu t'enfuis
    je suis perdu
    (Ah, je n'irai donc jamais à Palerme !)

    Viens là, ma vie
    que je te tue
    (Ah, qu'il est tendre au cul ton épiderme)

    saucisson2.jpg

    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Les Équilibristes

    Je suis ce petit homme
    assis au pied de la falaise
    tout un capharnaüm
    tassé dans la toile de chaise
    installée sur la roche où la marée s'apaise
    et clapote à mes pieds

    « Te lerras-tu, te lerras-tu, te lerras-tu...? »

    Quelle était douce ma partie
    quand tu te sortais de mon lit
    dans la poitrine une accalmie de chaleurs

    Ces rendez-vous que nous prenions
    à nous effeuiller comme oignons
    et raccorder nos inversions de vapeur

    « Voyez comme on danse...! »

    Tu me disais « Nos libertés
    s'arrangent sur cet oreiller
    des conventions de parité amovible »

    Je versifiais des vérités
    tout le désordre carnassier
    raillant les passions résignées au possible

    « Ma sœur, ma sœur, qu'as-tu donc à pleurer...? »

    Sachant que n'y suffirait pas
    notre entente de postulat
    une équation s'insinua dans nos chairs

    Il y fallait un résultat
    dont les falaises d'Etretat
    dresseraient bientôt le constat pour salaire

    « Et -ri, et -ran, ranpataplan...! »

    Je suis ce petit homme
    au pied de l'immense paroi
    tout un capharnaüm
    dans la tête, au regret de toi
    avisant sur la roche, à mon unique endroit
    tes chaussures laissées

    Que la fracture des années
    ne se réduise à m'épargner
    pour n'avoir pas accompagné
    ton saut dans la blessure
    tant le temps ronge la falaise à coups sûrs


    © crédit photo Danalyia

    Illustration d'après Danalyia


    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un
    Impromptu Littéraire - tiki#87.



  • Canaille, ris !

    gouailleurs.jpg

    Ah, ma canaille !
    nos retrouvailles...
    C'est d'la gelée de coin perdu
    C'est le sinistre des vertus qui fête
    la curée des prises de tête

    Mais, tu es là aussi, bonne amie !
    Nous n'oublierons pas Ta Merci
    Tu sais...
    quand tu nous avais condamnés
    aux grandiloquents piloris
    où, tout un, cavernes et bouges
    incommodaient ta jupe rouge
    qu'aucun bémol
    n'en trouble jamais la corolle

    Approche... non ?
    Tu vas ton train ?
    Le même qu'à ton quotidien
    toujours à l'aise
    et prônant l'inflation des dièses ?

    C'est bon... C'est bon...
    Ma canaille aura mis ton nom
    sur son carné
    (restait de la chair à graver)

    Oh, ma canaille !
    nos épousailles...
    C'est d'la youpi ! de sang sonné
    aux plus cloches qu'il n'y paraît
    et cèderont
    d'encourageants " mais non, mais non... "
    dans des soupirs
    avouant " cela va sans dire "

    Et puis, nous perdrons nos chemins
    quand la bière arrosée de vin
    nous fera faire
    un dernier pied de nez aux levées bayadères


    tiniak - Ruades © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un
    Impromptu Littéraire - tiki#87.