Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

adjectifs (def)

Pin it!

doux* :
 Les jambes les plus belles
 ne me sont rien
 sans qu'un pied, joliet
 finisse bien
 qui de l'arrondi, qui du galbe
 c'est le pied qui fait tout aimable :

 s'il est vivant, presque enfantin
 que la chair l'enveloppe bien
 c'est un délice
 un doux supplice
 que de remonter vers la cuisse
 ou de la garder bien en main

 osseux, il est par trop amer
 et me fait craindre un caractère
 bien trop précieux pour tolérer
 qu'on se pique d'en chatouiller
 la plante cambrée

 veineux, il me saisit d'effroi
 surtout fini par de longs doigts
 j'y vois les serres de la mort
 même à l'extrémité d'un corps
 propice à de puissants émois
 je n'en veux pas

 je l'aime
 musclé sans être bombé
 replet sans être joufflu
 cambré sans être creux
 duveteux mais pas poilu
 que m'importe l'alignement
 des doigts de pied si, cependant
 ils parachèvent l'harmonie
 du pied qui me ravit

 quel plaisir de l'imaginer
 quand au dérobé, la cheville
 se révèle douce et gentille
 quelle horreur de le découvrir
 aussi négligé qu'un fakir
 alors qu'on a bien entamé
 la consommation du désir

 suis-je fat, espiègle ou mesquin ?
 (et pourquoi pas tout à la fois)
 il est vrai qu'au petit matin
 ce pied détermine mon choix
 d'aller à la boulangerie
 ou bien de déserter ce lit
; qui prodigue en tout sens un sentiment d’agréabilité limite puérile.
- Sur ta laine annelée et fine / Que l'art toujours voulut raser / Ô douce barbe féminine / reçois mon vers comme un baiser [Théophile Gautier].

énergique :
 l'heure avait le front noir et or
  à en courber l'échine
  l'automne et ses rapines
  dépouillaient nos grands frères

 les nuées se livraient encore
  à quelque horrible fête
  on y tranchait les têtes
  dans des éclats de rire

 et moi de contempler le spectacle sauvage
 comme un autre à la plage regarde ses pieds

 un capiteux parfum d'été
  engluait l'atmosphère
  il vous coulait de l'air
  jusque sous la pelure

 des incantations débridées
  mugissaient à folir
  ou priaient d'un soupir
  que l'eau mouche la terre

 et moi j'applaudissais la venue sur les Maures
 de madame La Mort et tous ses nains mauvais

 la ruée s'abattit brutale
  tapotant sur les tuiles
  changeant le sol en huile
  ruinant les capillaires

 cette chevauchée magistrale
  s'écriait : ville prise !
  arrachant aux chemises
  l'opacité mature

 et moi de savourer toujours
  de l'orgie cathartique
  les foudres énergiques
 m'inspirait de l'amour.
; peu regardant à la dépense pour produire du travail, s’offrir une suée ou mobiliser l’essence.
- Sartre avait adopté un énergique slogan : science, c’est peau de balle. Morale, c’est trou de balle [Simone de Beauvoir].

flatteur :
 C’est l’heure plate du flatteur fat
 dans son assiette comme il se doit
 en présence du joli monde
 du joli monde et sa faconde

 Il distribue les billets mous
 posant  sa main sur les genoux

 Il a pris ses grands airs de faune
 pour transférer sur son i-phone
 des mots de célèbres auteurs
 à l’appui de son trait flatteur

 Il est content de lui, c’est là
 toute l’âme du flatteur fat.
; d’un mot qui se veut plus haut que l’autre le moindre.
- … Soupirs, sourires flatteurs, tout est mis en usage / Quand il s’agit d’attraper un amant. / Je n’en dirai pas davantage [La Fontaine].

* poLèmes précédemment parus sur pavupapri

mini-legs.jpg

________________________________________________________
retour au SOMMAIRE DE L'ABECEDAIRE

tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Les commentaires sont fermés.