Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pat!

Pin it!
Ferdinand Hodler

Thiepat, un patelin paumé, plus paumé que nulle part, avec la campagne autour, brumeuse.
La campagne autour d'une ferme, serrant ses bosquets contre un lopin de terre en friche. Dans la ferme, une poignée de personnes autour d'une partie d'échecs. Autour du plateau, deux fronts : l'un moite et dégarni, l'autre couvert d'une broussaille rousse émergeant de la fumée dense d'une bouffarde. Autour de tout ce monde, l'ambiance tendue vers un dénouement très attendu.

Les rares pièces à jouer témoignent de l'issue prochaine, imminente même, à en croire le regard paisible du rouquin et le trouble de son adversaire.
- Je n'en puis plus, soupire la maîtresse de maison. Je vais faire du thé.
Sans quitter son jeu des yeux, le rouquin dit d'un ton à la fois calme et ferme :
- C'est tout à fait hors de question, Mrs Plee... Je dirais même : fort peu recommandé. Deux morts sous ce toit, dont l'un pas plus tard qu'hier au soir... à votre place, je me contenterais plutôt d'un Brandy. Qu'en dîtes-vous Bishop ?
Le front moite s'épongea un peu avant d'acquiescer :
- Au point où j'en suis, je crois même que cela s'impose. Voulez-vous être assez aimable pour nous servir, Mary ?
L'employée de maison s'exécuta sans mot dire. Et fit bientôt la tournée des convives. Personne ne lui opposa de refus, pas même Mrs Plee.
Le colonel Chandler, n'y tenant plus, eut toutes les peines du monde à conserver un semblant de flegme quand il s'enquit de la situation en ces termes mesurés :
- Tout de même Cole, vous allez finir par nous dire où vous voulez en venir, n'est-ce pas ?
Le rouquin, avançant son pion, annonça :
- Échec... certes, Colonel, certes. Mais ne vous ai-je pas dit que de l'issue de cette partie dépendrait la résolution de notre sombre affaire ?

- Ecoutez, Cole! fulmina le grand échalas accoudé au manteau de la cheminée, cessez donc ces enfantillages et venez-en au fait.
- Tout au contraire, mon cher docteur. En l'occurrence, ce sont les faits qui doivent venir à nous.
- Vous ne voulez pas dire ... ? s'inquiéta John, le métayer aux yeux charmeurs.
Cole s'adossa, tira une bouffée, la libéra à la commissure de ses lèvres en disant avec quelque ironie:
- Qu'un autre meurtre sera commis ? Non, j'ai tout fait pour le prévenir. Que l'assassin est dans cette pièce ? Oui, c'était bien le moins que l'on puisse attendre de ce personnage. Qu'il y en a encore pour longtemps ? Non, et c'est à vous de jouer, Bishop.

Mais Bishop ne jouait plus.
Il regardait fixement par-dessus l'épaule de Cole, la main suspendue au-dessus de son roi blanc. Il parvint cependant à dire ce seul mot :
- Pat!
- Ce serait une sortie honorable, en effet, commenta Cole, mais il vous faudrait jouer d'abord.
- Non, là : Pat! s'écria Bishop dans un souffle interloqué.
Sur le seuil du salon, le mort de la veille venait de faire son apparition, des chaussures de belle facture à la main :
- Vous aviez raison, Cole, dit-il. La poussière était rouge.

 

rouge, rien ne bouge

tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

______________________________________

tiki#24 - paru chez les Impromptus Littéraires sur le thème du "polar",
où je vous recommande aussi la lecture des textes de

Poupoune

Saraline, Minimifa, Mapie, Toncrate

Commentaires

  • Elémentaire, mon cher...

    Excellent! On sent des influences british... et on visualise bien la scène au manoir ;o)

  • venant d'une dévoreuse de polars, le compliment me va droit au gonflement démesuré de mon... égo.

  • Tout de même tiniak, vous allez finir par nous dire où vous voulez en venir, n'est-ce pas ?

  • I agree with Uncle Dan, it's rather unbearable. What is the police doing ?

    ___________________________________
    Poliiiice officer don't give me producer
    police officer no bother gimme producer !

    ;-)

Les commentaires sont fermés.