Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pourceaux

  • Vilénies sur canapé

    Pin it!

    Sur le canapé-lit, gorets auto-immunes
    aux élans consentie, mesurons l'infortune :

    Douceur, qui te révèle être dernier baiser
    ton avide regret gonfle au prochain oubli
    La main fouille le ventre et n'y sait pas trouver
    Le cœur, quand la torture est son nouvel abri
    De terribles suspens ornent sa cavité
    Regard, Geste, Parole, Rêve, Intime Cri
    éteignent leur fanal dans l'aire inanimée
    où traîne un râle idiot et seul, au ralenti

    au pied !

    Ce qu'on est mal assis, dis ! dans ce canapé

    Tu pries à l'autre bout un semblant d'accoudoir
    boule dans ton peignoir, miche qu'un nom pétrit
    Tu soldes le crédit d'ultimes à-valoir
    avec un doigt de plus profondément enfoui
    cheveu collé au front, la gorge à la ramasse
    À quoi bon rêvasser ? La vie, ah ! quel ennui...
    Plus rien à embrasser de l'œil en ce couloir
    Ivoirin, dans la tour a séché son enduit

    au foin !

    Ruine la réception le mauvais canapé

    Pas d'écho ! Que du vent, du ventre et de la sauce
    et chacun renvoyé à son Chacun Pour Soi
    à son canapé-lit, sa bauge, au plus étroit
    à boire ta tisane amère, Thanatos
    L'atroce familier creuse la rime crasse
    À quoi bon ressasser "La Vie..." à cet endroit ?
    Je t'aime où je me brûle à ta part du négoce
    et tu roules ta bosse au fond de mon émoi

    assis !

    Dehors, les Encombrants chargent un canapé

    Qu'un ciel enfin s'entrouvre et qu'y passent les bras
    de Circé revenue me prendre pour Ulysse
    qu'à son invite - un brin ! mon cœur se ressaisisse
    alors, je quitterai mon gouffre d'Être-Tas
    Une flèche au talon, mais l'autre pied chaussé
    d'une botte à Poucet, je tente l'aventure
    plie à la commissure un brin de paille à son
    rimaille me talonne un murmure à l'esprit
    cochon qui s'en dédit, j'élève mon jargon :
    Cochon, sine qua nonne !

    Des voisins du dessus couine le canapé

     

    poésie,conchonneries,pourceaux,pour celle

    tiniak ©2012 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK