Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

immensité

  • désordre de grandeurs

    Pin it!

    I

    Il passe une lactose
    là-haut dans le cosmos
    coulée sur la nécrose infinie
    et l'ennuit profond isolé de l'étoile
    dont l'appel muet déjà mort étincelle
    et que l'on croit fidèle et nous trompe
    pour qu'on le magnifie
    et que les gens d'ici avec leur nez en l'air
    tenus dans l'univers
    se trouvent bien petits.


    II

    Par vagues longues, l'onde, l'onde
    répète mon tourment aimant et ment
    et quand mes yeux las sondent
    les volutes de l'onde
    je ne vois qu'océan
    et pas de Nouveau Monde.


    III

    D'un pas l'autre et le suivant
    sur la route, sur la route
    un regret ne me coûte
    que de le quitter là

    Je ne le chasse pas
    je demeure à l'écoute
    lapereau sur la croûte
    allant vers son trépas.


    IV

    Les mains toujours plus grand ouvertes
    à cette carne offerte
    à mon corps dépendant

    J'embrasse cette âme déserte
    soit qu'elle est vraiment pauvre
    soit qu'elle fait semblant

    L'aimer c'est s'émouvoir à perte
    et je n'ai pas le temps.


    V

    Quand rien ne s'y oppose
    l'immensité des choses
    me saisit par le bras
    me montre une lumière
    tendue par la forêt
    où le rêve n'attend
    que de me dévorer

    N'ayant pas de cailloux
    pas même un bout de pain
    je poursuis le chemin
    les cheveux en désordre
    vers la maison de l'Ogre
    sous le regard meurtri de ma fratrie.


    VI

    Elle est grande
    et même plus que cela
    ne se sait ni ne se voit

    VII

    Il avait soif ce berger
    là-haut perché

    Il a plongé la longe
    dans la gorge de nuit ouverte
    et le puits l'a mangée ;
    certes, il aurait pu attendre
    avant de l'avaler
    mais c'est mensonge de dire, enfin !
    qu'il existe des puits sans faim

    Il est mort ce berger
    sans revoir jamais sa vallée.

    VIII

    Elle est grande
    et m'aime plus que cela
    ne se sait ni ne se voit.

     

    puits-pouldergat.jpg

    tiniak © 2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    (à paraître dans l'abécédaire poLétique)

    01/09/2009