Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grivoiserie

  • Pisse and Love

    Sur un tapis de chrysanthèmes
    bordant la stèle au noir mica
    puisque je n'étais plus abstème
    à force de rhum et vodka
    au cœur, une chanson bohème
    au bras, une matriochka
    (appétissante, quoique blême)
    merguez en pogne, le froc bas
    je déchargeais mes tréponèmes
    en manière de vendetta

    L'heure était sombre et automnale
    L'endroit s'y prêtait en tout point
    C'est qu'on venait pour la Toussaint
    rendre hommage au vice-amiral

    Il est mort cocu, le saint homme
    pas de ça ! mais du ridicule
    de s'être fourré le bidule
    - allez savoir...? dans un vid'-pomme !

    Gaillarde, sa matriochka
    (une santé ! une acrobate !)
    chaque année m'offre ses cravates
    sous le couvert des aucubas
    au cimetière
    où il nous plaît de faire l'amour, pas la guerre

     

    poésie,humour,14 juillet,poésie lubrifiante,grivoiserie

    tiniak ©2016 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#270

    Avec une pensée grivoise pour l'excellent vegas-sur-sarthe

  • Saint Valentin, con!

    Pour préparer joyeusement la foutue fête de la Saint Valentin (valant-un milliard d'euros, oui!), je vous soumets cette blague marseillaise. pour l'accent, faîtes un effort d'imagination, tout de même!

    Trois vieux copains ont coutume de se retrouver à la veille de la Saint Valentin pour se montrer leurs idées de cadeaux destinés à leurs épouses et voir s'il n'y aurait pas ainsi moyen de ne pas se prendre un bide. La vie est ainsi faite que les trois types habitent l'un à Paris, l'autre à Lyon et le dernier à Marseille.

    - Les gars, dit le parisien tout fier, cette année je n'ai pas pris de risques inutiles. J'ai fait faire une bague somptueusement garnie de superbes pierres... mais si ça ne lui plait pas, j'ai aussi acheté un collier. Elle aime toujours ça, les colliers.

    - Et bien messieurs, pérore le lyonnais, figurez-vous que j'ai opté pour la même prudence. Je lui ai acheté une fourrure... de celles qui ne vous font pas regretter d'aller à l'Opéra, vous voyez le tableau. Mais bon, au cas où... je lui ai toujours pris un beau chapeau avec un foulard assorti. Elle a toujours aimé ça, les chapeaux.

    - Maaa... les amis, annonce le marseillais, je crois que nous sommes sur la même longueur d'ondes, vé. A la mienne, je lui ai fait composer un bouquet... mais si tu voyais le bouquet!... 120 sortes de fleurs différentes!... 42 kilos, le bouquet!... que ça vous embaume le Vieux Port même à l'heure du marché, té... un putain de bouquet, oué.

    Etonnement sceptique et silencieux des deux autres.

    - ... Ah mais, j'ai fait comme vous, poursuit le marseillais. J'ai été prudent. J'ai été malin. J'ai trouvé la parade. J'ai aussi acheté une boîte de cent préservatifs.

    - ... ben pourquoi ?

    - ... oui, pourquoi des préservatifs ?

    - Eh bé parce que... si ça lui plaît pas, le bouquet, à ma femme... si ça lui plaît pas, elle peut toujours aller se faire en-cu-ler!

    3d794b6f2fe46b79a0238b3d21b77fd4.jpg