Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gris sourire

  • usurpation d'intimité

    Pin it!

    Nut nut

    Le silence est propice au glissement de l'heure
    J'y viens en chapardeur piller ta rêverie
    Je dérobe ton souffle et m'en fais des charpies
    pour duveter l'aurore

    Engourdie de chaleur ta silhouette vogue
    un lointain épilogue au-delà du réel
    J'en contemple la rive aux dessin caramel
    et plantureuses formes

    Même le dos tourné, je connais ce sourire
    Il est sans avenir ni ne m'est destiné
    D'où je feins le plaisir de me l'approprier
    comme l'aube éphémère

    Je te bavarde un peu la nuque, d'un murmure
    t'arrache une réponse au langage incongru
    grondant depuis un monde où le monde n'est plus
    qu'un mitoyen empire

    Familier, ton parfum odore le drap lourd
    où nous faisions l'amour quand c'en était le lieu
    Il embaume la chambre où je ne jette au mieux
    qu'un œil usurpateur

    Je déserte l'endroit, son intime censeur
    sans sueur
    sans effroi
    attiré au-dehors par la lueur qui croît

     

    tiniak - carnÂges © 2010 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    Illustration graphique : Bourjon

    mmmff

    Illustration sonore : Beirut

    (oui, je sais... Y avait Cliquot "What melody will lead my lover from his bed..." tsa tsa, mais c'est ma 900ème note... alors, bon... déjà que je vous refourgue pas Forks And Knives... et que, oui, oui... pour Janec', ce serait plutôt In The Mausoleum... Oh, eh....'fais quoi j'veux navec... ma 900ème, dis)

  • GRIS SOURIRE, le recueil

    Pin it!

    <tous les poèmes>

     

    t_sign2hd.jpgLe recueil °GRIS SOURIRE° rassemble des poèmes gris-sonnants à la teneur douce amère, écrits et publiés sur ce blog depuis l'année 2008.

    Vous pouvez les consulter ici-même à partir du lien ci-dessus, ou me formuler une demande pour l'expédition de la totalité du recueil au format .pdf à l'adresse suivante : <tiniak@live.fr>
    (envoi sous conditions qui vous seront signifiées).

    D'ores et déjà ravi de l'intérêt que vous portez à ces écrits, je vous remercie de votre passage sur cet espace dédié à la poLésie.

    PoLétiquement vôtre,
    tiniak.

     

    RAPPEL : l'ensemble des publications présentes sur ce blog est la propriété exclusive de leur auteur, tiniak, et s'entend libre d'utilisation sous réserve des conditions régies par la licence CREATIVE COMMONS protégeant leur support éditorial DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK, notamment de toute utilisation à des fins commerciales.

     

    LOGDUKOU.JPG
    CC_reserved.png

    This work is licensed
    under a
    Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 License.

  • l'inconnu en apnée dans l'allée de troènes

    Pin it!
    av_troene.jpg

    Ces mains sont devenues trop grandes pour lui
    il ne bouge plus
    il reste assis
    il regarde à peine
    le rang de fourmis qui promène
    il s'est retourné tout à l'heure, un peu
    sur sa vie entre ses cheveux
    il n'y a pas vu de regrets
    (d'où vient qu'il soit si fatigué ?)
    il y a su quelques malheurs
    rien de bien méchant
    quelques peurs
    et ces ratés, bon gré, mal gré, qui s'effacent
    (d'où vient qu'il ait délacé ses godasses ?)
    avec le temps qui passe
    le temps qui passe devant lui
    qui ne bouge plus
    qui reste assis
    il respire à peine
    le parfum qui descend des troènes
    il s'est arrêté tout à l'heure, un doute
    lui barre maintenant la route
    lui ôte l'envie de marcher
    (d'où vient la goutte sous son nez ?)
    il a stoppé dans sa poitrine
    les cliquetis de la machine à prendre l'air
    et dans cette étrange atmosphère suspendue
    il ne bouge plus
    il reste ainsi
    il écoute à peine
    mon pas dans l'allée de troènes

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK - 554 ! 

  • gris sourire (1)

    Pin it!

    agrandirLa pluie triste chante
    L'heure est la précédente
    A l'instant gris sourire
    sous le regard en fente

      La corde est prête et vibre
      balance libre
      inamovible attente

      La mémoire tâtonne
      un rêve anone
      près de l'oreille absente

      La terre est pis que froide
      et rive roide
      ma peau à sa charpente

    La pluie goutte sang vide
    un pleur décide
    amorce la descente
    un vilain rire enfante

    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK