Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tiniak est cosmique - Page 2

  • impropre exil

    Pin it!
    (manifeste poLétique)
    autoportrait

    Ton exil est le mien, poésie vive en rêve
    sur les flots incertains charriant l'humilité
    dont ne sont pas nourries ni les âmes bien nées
    ni les peaux de chagrin pour qui l'aube est trop brève,
    nous voguons vent debout l'un vers l'autre portés

    Idiot celui qui croit - comme on croit un Jésus
    car l'aimer nous ferait une toute autre histoire !
    en l'exil volontaire, œuvre libératoire
    d'un génie supposé en connaître l'issue ;
    nous couchons sous le pont des frères à peau noire

    La prison, c'est l'idée aux forces surhumaines
    (l'espoir d'en réchapper en insulte la grâce)
    le séjour y est doux quand on sait la menace
    qui mange tous les corps et dehors se déchaîne ;
    nous y purgeons le temps que notre âme s'efface

    Pourtant nous la quittons quand nous prend le désir
    d'aller voir les ailleurs qui nous viennent en songe
    espaces infinis que le verbe prolonge
    en y faisant rimer le meilleur et le pire ;
    nous nous retrouvons là, affranchis du mensonge

    Mais les cailloux jetés à la crête des vagues
    forment bientôt les murs qui vont nous contenir
    chacun dans sa cellule à pousser des soupirs
    dessinant à la craie une raie pastenague
    ou sifflant dans le vent la nuit qui doit venir.

    Aussi vivant qu'il soit le rêve meurt un peu
    quand nous fermons les yeux sujets à nos effrois ;
    aussi bien ferons-nous malgré l'heure et le froid
    de veiller avec joie son objet merveilleux

    Et nous irons chanter sous le grand cacatois
    enviant d'un géant les plongeons gracieux
    triomphe d'innocence entre ciel et flot bleus.

    ouééééé, elle est bwooOonne !
    tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
  • astre au logis

    Pin it!

    planete-dessousverre.jpg

    La lune est mienne
    depuis que je tiens
    entre mes mains pleines
    ton doux bas sain
    j'en contiens à peine
    la danse d'airain
    qui déjà promène
    Vulcain

    Pluton s'affole
    à l'aube venant
    sans que ne décolle
    de corps s'aimant
    aucun des deux pôles
    que nos frottements
    font à tour de rôle
    titans

    Mars n'illumine
    aucun des foyers
    de notre cabine
    toute embrasée
    quand, de nos échines
    indisciplinées
    fuse une albumine
    lactée

    Vénus défaille
    la course elliptique
    de notre bataille
    est chaotique
    et de nos entrailles
    le choc anarchique
    défie les ripailles
    antiques

    Saturne hésite
    ses anneaux vairons
    donnent de la gite
    à l'horizon
    quand mes doigts s'invitent
    en révolutions
    là où ça t'excite
    au fond

    Jupiter meurt
    en toute ignorance
    du simple et bon heur
    des jouissances
    qui viennent aux coeurs
    mis dans la Balance
    entre douce ardeur
    et transe

    Mercure accuse
    Cassiopée à tort
    d'agir en intruse
    dans nos efforts
    où ne se refuse
    rien qui nous amuse
    rien ne nous abuse
    alors

    Neptune amer
    en reste interdit
    c'est trop bonne chère
    que d'appétits
    se font sans mystère
    sous les cieux sévères
    et leur atmosphère
    meurtrie

    Uranus aurait
    des raisons de voir
    dans nos corps mêlés
    certains trous noirs
    où l'infinité
    de l'éternité
    à jamais se fait
    avoir

    norbert tiniak © 2008 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK