Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes trois farces

A mes chers amis en écriture, L'Arpenteur d'étoiles et Vegas-sur-Sarthe
 

weird,writer,thriller

J'étais monté - peut-être, oh ! jusqu’au 26ème étage de cette urbaine tour, moderne au possible, bordée de pelouses réfractives, balayée de tout côté par des projecteurs programmés pour. Un truc en verre dehors, béton dedans et que sais-je de tous ses ornements intérieurs possiblement fait pour charmer ses occupants.
Je respirais avec difficulté au sortir de cet ascenseur qui m'avait infligé, dans une cabine transparente et pressurisée, une élévation vertigineuse vers le pallier ultime de ma destination. Bon ! Pour dire... que je ne m'attendais pas au pire, mais que je me trouvais soudain baigné dedans, convoqué par un commissaire, en pleine nuit, pour quelque sombre affaire exigeant que je vienne ici, à cette heure nocturne, alors qu’une charmante personne s’occupait fort bien de mes… voilà, quoi !
 
« Toc-toc » timide à la porte, « Entrez ! » expéditif, et, de la sorte, j’entrais donc en l’appartement prescrit par sms. Un rien contracté dans la raie des fesses; que pouvait bien me vouloir la force publique en pareil moment idyllique ?
 
Un bonhomme, bonhomme et sexagénaire, m’enjoint de m’asseoir d’un geste calme, autoritaire et presque distrait à la fois.
 
Il me le demanda, je confirmai mon identité. Il me présenta la photo d’Océane, ma jeune et brune collaboratrice et j’attestai de sa personne. Il prit une cigarette et l’alluma sans mot dire. Je fis de même, ce qui l’intrigua, sembla-t-il ; à moins qu’il ne réalisât alors qu’il n’était pas vraiment chez lui.
 
Vite expédiées les convenances, recherche d’alibi, de proximité, de distance, il avança un mobile, de façon à peine détournée, qui me laissa d’abord interdit, mais à quoi je sus répliquer : « ah, non, vraiment… aucune idée ».
 
Il m’avait présenté le portrait quasi cubiste d’une femme blonde au regard brouillé. Nos cigarettes consumées, un silence s’installa.
 
« N’étiez-vous pas à la vente de ce portrait, samedi dernier à Vannes ? » dit-il ensuite, en regardant ailleurs. Je lui affirmai me souvenir de la vente, mais pas de ce tableau.
 
Il soupira, me soumit un médaillon entre ses doigts jaunis par le tabac, le sourcil interrogatif.
Je ne pus me départir d’un rictus. Une lumière lui vint de sous ses paupières grasses. Le portrait qu’il contenait pouvait bien dater du XVIIIème siècle. Je déclarai avec aplomb n’avoir pas connaissance de ce visage.
 
Il me questionna sur mes horaires, mes déplacements pour la nuit dernière. Je lui en exposai les détails. Il extirpa une nouvelle cigarette de son étui froissé, l’alluma, me regarda d’un air durement suspicieux, mais me proposa de quitter les lieux.
 
Rentré chez moi, je me demandai ce qui avait bien pu l’amener à faire le lien entre Océane, son aïeule, et le cambriolage de la galerie que j’avais commandité pour être exécuté la veille.
 
D’ici à ce qu’il le trouve… Il faudra encore qu’il le prouve !
 
 
tiniak ©2015 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#243
...dans l'espoir (quasi certain) d'attiser le regard de mes chers Arpenteur et Vegas ;)

Commentaires

Écrire un commentaire

Optionnel