Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éternités (1)

Pin it!

SOIES ETERNELLES

Naissance-de-la-toile2.jpg

L'éternité est une fin en soie
comme elle douce au toucher, vive à l'oeil
ne souffrant pas du pli l'écueil
à peine satinée, pas brillante
mais source de clartés latentes
étendue au-delà du regard, de la voix
l'éternité est une fin en soie

Allez, la soie que je préfère
est tendue sous ta jarretière
en exergue, en coquin écrin
qui ne me promet jamais rien
d'autre que les cadeaux
de ta chair et de ta peau

Mortels, qui sommes là debout
allons, allons, réjouissons-nous
il nous reste la danse
cette urgence de vivre
avec sa délivrance
ouverte comme un livre
et porteuse de sens

Nature, viens que je t'embrasse
et quand même Léo s'écrit
aussi La Vie Est Dégueulasse
(ayant pesé quel est ton prix)
c'est avec nous tous qu'il sourit dans la nasse

Oh, ciel ! pourquoi lever les bas ?
je garde les mains dans les poches
que la fille soit belle ou moche
je lui emboîterai le pas
dès lors qu'elle ne gémit pas
des toujours-et-toujours de mioche

Et que l'on meure à bout de bras
les yeux dans les yeux, dans un flop
lors d'un carnage en Ouganda
pour les cuisses d'une salope
on finira nu sous le drap
(voyez que la mort est joyeuse)
que l'éternité tirera
sur nous de sa bouche soyeuse.

eternite2.jpg

 tiniak ©2009 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
en médaillon : une toile de Joëlle CHEN.

Commentaires

  • sûr qu'la mort est joyeuse, tant qu'on en parle entre bons vivants !

  • Alors là je suis sur le c...
    Tu as l'art d'allier les mots avec la toile et ce ne doit pas être le fait du hasard si je tombe dessus aujourd'hui non ?
    Bises Tiniak et merci...

  • thème récurrent que l'amour/la mort
    Cette salope aux dentelles de tombeau.


    L'énergie nous propulse, quand la bougie s'éteint il vaut mieux qu'elle se soit consumée avec élégance dans des parfums musqués.

    Ton poème est si fort et j'adore Léo.

Les commentaires sont fermés.