Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loin tain

  • Nancy's journey

    N’en ayant plus pour très longtemps
    (tout simplement, la fin est proche)
    les yeux dans un livre de poche
    elle esquive ses sentiments

    A la faveur d’un lent virage
    couvert par un profond tunnel
    elle arrange ses cheveux miel
    prenant soin de corner la page

    Nulle autre personne, alentour
    n’aurait pu lire son dessein
    dans la fraîcheur de son maintien
    ni à son murmure velours

    Ce n’est qu’à l’arrivée en gare
    où, tous les plaignants rassemblés
    et tous leurs propos recoupés
    que l’évidence vint, trop tard

    Y voir de quoi tirer leçon
    j’en laisse le soin au jury
    je réserverai mon parti
    jusqu’à sa prochaine évasion

     

    tiniak,défi du samedi,nancy,edward hopper,train

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Défi du samedi

  • Pas que rabane

    J'en étais las
    d'écosser là
    ces quelques poids
    sur mon tapi
    Lors, je partis
    vers mon Tant-Pis
    au gré d'une plombe à couler
    au chevet d'un ru dépollué
    par une récente chavanne

    C'est à pas lents
    que sur ce banc
    pas loin du soir
    je vins asseoir
    mon sentiment
    de mésespoir
    pour le fondre dans le secret
    non paginé de mon carnet
    à l'encre venue de Louisiane

    Bon, c'est la dèche !
    Nulle flammèche
    pour battre en brèche
    ce long Tant-Pis
    et nul nervi
    qui ait occis
    de réminiscentes pensées
    que j'aimerais bien décharger
    là, sur les quais où l'âme empanne

    Pardon, rivage ?
    Tourner la page
    et garder foi ?
    Lors, je revins
    sur le carmin
    vers mon écrin
    finie cette plombe à sombrer
    vers le soleil à son coucher
    du pied chatouillant la rabane

    tiniak,polésie,estivales,rabane,nervi,écosser,banc

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
    pour un Impromptu Littéraire - tiki#323

    (avec un clin d'œil appuyé vers Célestine •.¸¸.•*)

  • Lassitudinale (ASAP)

    Le spectacle marque une pause
    et sa rue vapote, en apnée…
    Des persiennes masquant « La Chôse »
    essaient leur tenue de soirée

    Au sol, zigzaguent des humeurs
    au gré des rares courants d'air
    sillonnant le suspens de l'heure
    et la torpeur de l'atmosphère

    Signes sibyllins dans l'ombrage
    le reflet des feuillages cligne
    de l’œil vers cet œil au pas sage
    en quête d'une extase digne

    Seule, et réfractaire à la sieste
    une âme glisse là-dessus
    pendule à l'épaule, une veste
    laissant paraître un coude nu

    Ivre d'elle-même, à plaisir !
    le port altier et nonchalant
    elle exprime en de longs soupirs
    l'abandon d'un vrai sentiment

    Tout lui ravive son histoire
    et la fièvre sur le pavé
    à l'horizon les nuées noires
    et l'égout des inimitiés

    Un frisson lui darde l'échine
    dans le ton de la Butterfly
    (quoiqu'on soit loin des mers de Chine
    en ce décor imprégné d'ail)

    Dérivant de place en ruelle
    au jugé, toujours, elle empanne
    dans cette course casuelle
    menée pour aucune campagne

    Il est venu... Il est parti
    avec le vent d'hier, l'espoir...
    et pissent dru, sur les parvis
    des gargouilles les avatars

    Nulle autre route que la sienne
    à présent et jusque la fin !
    Rien ne lui cachent les persiennes
    qui ne lui ait gâché la faim

    Ah, merde ! Voici que frissonne
    à nouveau, dru sous le chignon
    une plainte de Barcarolle
    exemptée de timbres garçons

    Laissant, là, cette insigne alerte
    elle maintient sa molle allure
    vers le hasard des pures pertes
    affranchie de toute aventure

    Exception faite ! cependant...
    du livret de sa plénitude
    elle décline, cheminant
    les degrés de sa lassitude

     

    Nathalie Collet

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

    (à ma Jolie Belle Douce, fille)

  • Doute à Ouz

    Au mois d’août
    « Aouh ! Aooouh ! »
    Oupouapout est pris de doutes
    « Par quelle route ? Par quelle route !?! »
    La Vérité se fera toute
    sinon, pour Le Chien, c’est le knout
    l’opprobre, enfumage au mazout
    et long séjour à fond de soute

    Ah, que n’a-t-on laissé ce las
    finir sa sieste dans les bras
    soyeux et ombragés de Maât
    « Qu’en dira-t-on ?, Qu’en dira Râ ?!
    … Ce carrefour est un fatras ! »

    Il prend son pouls
    …ça ne va pas…
    Il est tout moult !
    Oupouapout est à genou
    les bras en croix

    Hé ! Google Mapp n’existe pas
    et nul chemin qu’il entrevoie
    « C’est pas la joie ! C’est pas la joie ! »

    Maât : « Debout, Le Chien, réveille-toi ! »

     

    tiniak,Oupouaout,poésie,égyptologie

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

  • Luminessence

    Le mouvant paysage est à nouveau menteur :
    au loin, va sa lenteur; au près, file un mirage...

    Un cœur sous fine toile expire le retour
    Il brûle mieux qu'un four et nourrit une étoile
    au voisinage brun, au paisible sommeil
    ignorant le soleil au désastre du jour

    Mon chant naît d'une trace, amoureuse affamée !
    Je vais t'y révoquer tandis que l'heure passe...

    Ici n'existe plus - ça va beaucoup trop vite !
    Ce tigre qui m'invite à rejouer ses vertus
    va me tomber des mains, si je n'y prends pas garde
    (où voilà que Renarde appert au point de fuite)

    Nogent-sur-Marne... Ah, tiens ! On est passé par là ?
    Je suis dans quel état ? Suis-je dans le bon train ?

    Ecole Des Loisirs posée sur mes genoux
    ton tigre me rend fou, m'aime sans coup férir
    Sans vouloir chinoiser - plus que l'illustration...
    un autre verbe à dire accapare mon soûl

    Sinon, j'en étais où ? Ah oui : bonsoir, Voisine
    au coeur sous fine toile, à la songeuse moue...

    S'il-te-plaît, Contrôleur, ne la réveille pas
    Son billet ? Il est là, sur la tablette à fleurs
    que couvre son poignet (Diogène, tais-toi donc !
    Ne dis pas "mort aux cons !", mais "Oui, môssieu, voilà")

    Elle en a pas fini, la campagne domptée
    d'étaler ses fichiers de Colza-Qu'On-Fait-Pis ?!!

    Nyctalope hébétude, allons z'au bout du vers
    puiser dans l'atmosphère une siamoise jute
    afin de recouvrir de lumes orientales
    et mon sentimental, et son prochain mystère

    C'est la nuit, depuis peu, et ses oranges rais
    fondent ! J'en mangerais, si j'avais tous mes yeux...

    Et voici que le quai me navre les narines
    Je plaide ma comptine en de vains tribunaux
    Je l'engage à nouveau pour un autre voyage
    sur un autre contoir à l'oreille plus fine

     

    acrostiche,lumière,voyage intérieur

    tiniak ©2018 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK