Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cétaxé

Pin it!

La main courante va son train
de lettre en morte en lettre vaine
et caresse ton bât de haine
quand je t'ai prise pour festin

Mademoiselle Cétaxé, où allons-nous ?
Regretter tous les cétacés, à nos genoux ?

L'œil aussi blanc qu'un franc linceul
tu souhaites qu'autant je recueille
et ta frimousse que j'effeuille
et, tout' ! la misère des Peuls...

Visage lunatique à l'alarme intrinsèque
tu m'as enfin souri, quand je t'ai dit "...pastèque" !

Sait-on quel axe nous ressent ?
Est-ce un doux juillet, un septembre ?
Quelques petiots pas sous les trembles
ou l'amertume de nos sangs ?

Disons que c'est assez... que je me cache à l'huile...
Tu sais, à Condorcet, au zinc honni des tuiles

A l'horizon, c'est l'axe
pour aucune relaxe...

J'étouffe, tu me tends
un autre sentiment ?

Et voici que, dans le quart d'heure
tu meurs, tumeur... tu meurs...
ma nièce au franc-jeté
parmi tous tes clichés

A leur encontre, même...
quoiqu'ils imploraient tous un délicieux : "je t'aime"

tiniak ©2020 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Écrire un commentaire

Optionnel