Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

méninges à l'étendoir

J’en pince
au fil des mots
des vers
comme des linges

Certains
pour leur vaste pâleur
qui borde et déborde le jour
cet autre, fier
d’arborer à la printanière
sa campanule déboutonnée
ou cette gaze
qui brode d’intimes trouées en une phrase

J’en caresse le col
pour en être à meilleure école

J’en lisse les bordures
pour aplanir leurs tessitures

Et quand le vent, au soir d’été
fait se mouvoir cette rangée
je m’y raccorde une bordée
gorgée de signes
car il faut bien que le mot fin pointe à la ligne

 

tiniak,poLésie,bergeronnette,poésie manifeste,méninges,gîtes

tiniak ©2019 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK

Commentaires

  • J'aime toujours autant te retrouver...
    Accroché ou pas à une corde à linge ;-)
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrire un commentaire

Optionnel