Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

...affole-moi !

Le fleuve y va, tranquille, avec la mer au bout
silencieux, par la ville, et doux
et ne disant pas tout ce qu'il vit en amont
ni de ce qu'il avale, au fond

Encore une minute et ce jour m'intéresse...
J'attends qu'il me paraisse
ainsi que la caresse attendue d'un sourire
en coin de rut, pour un soupir

Frileux vent de saison, viens mettre pied à terre
sur ce vieux paillasson, pas fier...
Qu'y pouvons-nous, Misère ? Ignoré sous les toits
le vieux saule a pleuré... ces doigts !

Organique berceuse où l'âme erre et s'enivre
étonne-moi, au creux du livre
ordonne-moi de vivre avec mes yeux marrons
chargés de brûlantes questions

Uranie, fatiguée, baisse le front à l'ouest
car Linos doit mourir, du reste
sous les coups d’Héraclès - trop piètre musicien !
Je bois la mélodie que me siffle mon Chien

Y a-t-il un Autre Jour en réserve, en ce monde ?

Voici que luit la pierre à ses orgues caennaises
d'or espagnol, aux frêles braises
Je forme une hypothèse et la garde sous l' coude
en bouche une marine soude

Âpre - et ce qui s'ensuit... désolé (par Ailleurs)
cherchant à qui jeter mes fleurs
je suis là, comme hier, avec l'amer au col
Il serait temps que je m'affole

 

Automne,jodel,poésie,tiniak

tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#299

Écrire un commentaire

Optionnel