Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Voiturier

La mousse orangit
au flanc de l'arbre
Le verdoie s’apitoie sur
mes pieds
Je t'avais chérie
ma Veine Marbre
Tu m'auras pris en filature
en fait
jusques z'au cœur
(pour mieux en piétiner le par-terre de fleurs !)

J'aurais voulu pleurer
prier, peut-être...
n'être plus, les mains jointes
que larmes vers le ciel
mais déjà - oh, pays !
la cloche tinte
et la route a repris
tous ses trajets mortels
Alors, je vais...
(fourbir une raison d'accomplir un projet ?)

Côté sentimental
me range des voitures
et de l'autre, moins sûr
épie chaque horizon
Bien lavés, tous les sols
et crevés, les plafonds
j'ai gavé la maison
d'orgues très verticales
d'où mes cris
s'élèvent, d'un accord, vers l'Oreille engourdie
(d'une Elfe ? d'une Louve ?)

De voitures ? plus qu'une !
en si triste campagne
que l'automne s'y trouve
en belle compagnie
dont la tôle a repris
l'ocre pour ses organes
et le moteur éteint
ne brigue plus, la nuit
le brillant de la lune
où le songe a flétri
Je couve
un autre lent chagrin au tétin de la Louve

 

voiturier,bla-bla car,tiniak,poésie

tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#297

 

Écrire un commentaire

Optionnel