Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La ligne indécise des arbres

J'avançais, mon pas - ce festin !
par de magnifiques miroirs
qui se renvoyaient mes espoirs
sur d'oblongues moires, sans tain

J'allais mon train, dans la forêt
me demandant : quel horizon
murmura qu'il n'est de raison
qu'entre les ombres dans l'allée ?

Un blond papillon, brun dessous
et des ocres doux plein les yeux
vint me caresser le cheveu
(et pas pour m'y chercher des poux)

Je le chassais d'une main molle
vu que j'étais un rien pensif
que j'avais oublié mes tiffs
et que je cherchais mon école
dans les feuillages
où frétillait, d'en haut, le sang blanc d'un mirage

Quelques champignons m'interrogent...
Je leur réponds, le cœur troublé
Ma réponse n'a pas d'effet !
Ils montent grignoter ma loge

Disiez : « La vie est dégueulasse »
Léo Malet, Jacquottet, frères...
perclus d'horreurs z'et de misères
Mais, cette forêt, c'est du strass !

Et voici que je suis la ligne
indécise des arbres morts
très occupée à mon décor
pas à pas, pour y voir un cygne
rogner son aile
et me narguer, gracile opale, irrationnel

poésie,arbre,mort,tiniak

tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#295

 

Commentaires

  • Splendide !
    j'ai un peu l'impression de venir dans les coulisses ou de surprendre la répétition générale...
    Je sors sur la pointe des pieds.
    Chhhutt !!!
    ¸¸.•*¨*• ☆

  • Ben, viens revoir la version corrigée, alors...
    Mais merci de cette première impression, asturienne lubie !

Écrire un commentaire

Optionnel