Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mire, hors...!

Je tombe - chut ! à la renverse...
Verse, verse
vers ce jus blanc, las, dans la coulpe
(avec autant de bras qu'un poulpe)
un sang plus noir
que le Nombre logé au fond de ce tiroir

L'autre jour, vins
(allez ! mille lieux sous l'éther…)
avec mon âme en bandoulière
(pour dire comme j'en suis fier)
me planter devant le miroir
Je me songeais Tarzan
je vis que j'étais Noir !
basculais à l'inverse
Verse, verse, verse, Cri
de la falaise dans un puits

Mais ce cri n'était pas le mien
(ce cri strident et féminin !)
Quand je crie, c'est à l'intérieur
(je suis né au pays du beurre !)
et quand je marche sur Falaise
- à l'aise, à l'aise...
ce n'est sûrement pas pour filer à l'anglaise
Oh ! Pas pour choir
(en suivant tous ces Blancs, braillant dans le couloir)
mais, des nazis
voir s'abîmer, dans les marais, l'horreur, l'ignominie

Miroir... Miroir... Hé ! Qui l'eût cru ?
Tu ouvres ton terroir aux ombres méconnues
et le Nombre, Il… ?
(nombril ? nombril !)
…déploie sa loi depuis les secrets infantiles
et va, sa foi particulière en bandoulière
son destin sans tain sur la terre

Mon cœur moqueur, reste de glace...
Dès demain, sous ma main, cette buée, c'est farce !

Et je mire, hors
ces affres de reflet
où je situe mon or
Hé ! Hé !

 

 

poésie,glace,miroir,et toutes ces sortes de choses,enfouies,libérées,nazis,allez vous faire foutre,black power,hashtag,de folaï,même pas peur

tiniak ©2017 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
pour un Impromptu Littéraire - tiki#294

 

voir à : Tarzan, Colonialisme, Droit de la Femme, Cinéphile et coton :p

Commentaires

  • J'ai inscrit au tableau noir
    Ton poème haut en couleur
    Pour le réciter par coeur
    A ceux qui perdraient espoir
    ¸¸.•*¨*• ☆

Écrire un commentaire

Optionnel